Des racines et des ailes, film ethiopie, reportage tv ethiopie, axum, axoum, stèles axumites, ambassade d’ethiopie, ambassade d’ethiopie en France, paris-ethiopie, paris-yemen, Yemen, Yémen, sanaa, aden, hadramawt, moka, mokha, café, qât, encens, myrrhe, niebuhr carsten, henri de monfreid, joseph kessel, arthur rimbaud, andré malraux, auguste bartholdi, freya stark, marrib, reine de saba, saba, salomon, juif, juifs du Yémen, islam, chrétien, mer rouge, golfe arabique, bab el mandeb, red rea, théodore Monod, José-Marie Bel, unesco, protection de la Nature, exploration, route des épices, routes de l’encens, route de la myrrhe, corsaires malouins, Saint-Malo, Institut du Monde Arabe, Uniterre.com, brest 2000, Bilkis, voyages au yémen, socotra, adenium, yemen airways, désert, arabie, arabia, océan indien, roi mage, melkior, millenium ethiopien, ethiopia millenium, ethiopia 2000, ethiopie 2000, pradier, rue pradier, exposition paris, exposition éthiopie, afrique, corne de l’afrique Ethiopie, Aethiopia, Ethiopia, Abyssinie, abyssina, Harrar, Harar, Addis Abeba, café, Kaffa, Ilg, Ménélik II, Menelik I, Hailé Sélassié, Rasta, ras tafari, tej, teff, brest 2004, brest 2008, rouen 2008, explorateurs, Makeda, Adoua, Axum, axoum, voyages en ethiopie, exploration, ras dashen, millenium ethiopien, ethiopian airlines, livres anciens, festival carnet de voyage, ethiopique, ethiopiques, Erythrée, erythrea, dahlak, iles dahlaks, adoulis, adulis, keren, maskal, timkat, fête de la croix, fête de l’épiphanie, asmara, chama, Tigre, Somalia, Afrika, Geschichte, Kongo, Monolithkirchen, Felskirchen Tigre Somalia, Africa, History Horn of Africa, rock-hewn churches, blue Nile, Tzana Lake, History, Travel, Ethiopie, etiopie, etiopia, aethiopia, Aethiopien, Äthiopien, ?????p?a, Itiopia, Ytiopia, Rasta, rastafaraï, Haïle Selassie, Abyssinie, Axoum, Axum, abyssnia, abyssniia, abyssini, aybssinia, bayssinia, abyssinnia, abssinia, abyssiina, abysinia, ayssinia, abyssinai, byssinia, abyssina, absysinia, aabyssinia, abyssiinia, abyssiia, abyssiniaa, abysisnia, abyssiniia, abyyssinia, abysssinia, abbyssinia, abissinia, abissinie, Tigré, Somalie, Afrique, histoire Corne de l'Afrique, Red Sea, Mer rouge, rothe Meer, Djibouti, Aden, Obock, erytrée, erythrea, Massawa, églises rupestres, Aksum, Ménélik, Kassa, Vasco Gama, Francisco Alvarez, Almeida, Paes, Paez, Oviedo, Tewodoros, Teodoros, Tewodros, Te Oubié, Asmara, Erythrée, Eritrea, Erytrea, Nil bleu, Abbadie, voyage, histoire, Zagoué, Gondar. Afrique - Ethiopiens - Theodoros - Stern - Africa - etchings - engravings - ilustrados - grabados antiguos - grabado antiguo - ritratto - ritratti - incisioni - incisione - illustrato - illustrati - incisioni vecchie - incisione vecchia - illustrateds - illustrated - old engravings - ilustrados - grabados antiguos - grabado antiguo - ritratto - ritratti - incisioni - incisione - illustrato - illustrati - incisioni vecchie - incisione vecchia - old engraving - Porträt - Porträts - Gravieren - gravierens - illustriert - altes Gravieren - retrato - retratos - grabados - grabado - ilustrado - prints – plates.
Accueil [fr] | [fr]
L'univers de l'Espace
Reine de Saba













CRAONNE, le 11 novembre, vive la Paix ! 14-18...

Saint Théodore ce 9 novembre 2014 Avis à tous (tes) les pacifistes, et amis (es) de la Paix... ce jour, Saint-Théodore, jour hommage aussi à Théodore MONOD, notre ancien président, "passé sur l’autre rive" le 22 novembre 2000... et un des plus grands pacifistes du XX ème siècle, mise en ligne de l’information de l’hommage au pacifisme et aux disparus de Craonne
 

la Chanson de Craonne, on va remettre ça, même jour, même endroit, c’est à dire :

Le mardi 11 novembre 2014, sur la Place du 11 Novembre 1918 (Esplanade de la Gare de l’Est), rendez-vous à 15h00 sous la verrière extérieure.

€€€Comme l’an passé, au Père Lachaise, et en quelques lieux, Bienvenue au partage amical et pacifiste avec : La Chanson de Craonne  :

Le mardi 11 novembre 2014, sur la Place du 11 Novembre 1918 (Esplanade de la Gare de l’Est), rendez-vous à 15h00 sous la verrière extérieure.

Ecoutez-la : ,

Pour la prestation, parlez-en autour de vous, ramenez potes et famille.



ERYTHREE - SINAI : La torture au bout du fil ... le combat de Meron.

4000 Erythréens mort dans le Sinaï : esclaves, otages ; 35 000 en Israël sans statuts Effroyable et courageux reportage sur Arte présentant l’exode de milliers d’Erythréens (la plupart chrétiens) vers un terre d’espoir : Israël, pays assez proche dit civilisé. Mais après le Soudan, il y a l’Egypte et le Sinaî et là, refoulés ou pas, ils sont captés par des bandits, complices, ravisseurs, pris en otages contre une rançon de l’ordre de 20 à 40000 dollars ! Torturés, violées (les femmes), nombreux périssent... Reportage à voir absolument ! Quand et comment les Nations Unis, l’Egypte et les pays se soulèveront contre cette situation dramatique ?
 

Première diffusion sur Arte le 17 septembre 2014 à 0h10 (pourquoi une heure si tardive ???) > Origine : ZDF Pays : Suisse, Israel . Année : 2014 Disponible en direct : oui . Son : Stereo Image : HD, 16/9 . Version : VF Arte+7 : 17.09-24.09.2014 Rediffusion : dimanche 28.09 à 3h50 (pourquoi aussi une telle heure d’insomniaque ???). Mais merci quand même à Arte... Communiqué : La tactique est bien rodée. Des migrants érythréens sont pris en otage à la frontière entre l’Égypte et Israël, puis retenus dans des camps de prisonniers où leurs ravisseurs les torturent. Les victimes doivent alors supplier par téléphone leurs proches, qui ont réussi à gagner Israël, de réunir une rançon exorbitante… La journaliste érythréenne Meron Estefanos révèle depuis Stockholm l’histoire de ses compatriotes dans une émission de radio en ligne. Elle téléphone aux otages, aide les familles à retrouver les disparus ou à réunir l’argent demandé. Mais elle a bien conscience du dilemme : chaque paiement de rançon renforce le système d’extorsion des ravisseurs. Pour ce documentaire diffusé en juin 2014 aux Nations Unies, au Parlement européen et à la Knesset, la réalisatrice israélienne Keren Shayo accompagne Meron Estefanos lors de son premier voyage en Israël et au Sinaï, vers ceux qu’elle ne connaît que par téléphone.

Terre promise

Ces dix dernières années, plus de cent mille personnes ont quitté l’Érythrée, dictature militaire, pour gagner Israël depuis l’Afrique de l’Est. Avec la fermeture des frontières européennes en 2006, ils sont de plus en plus nombreux à se tourner vers l’État hébreu. Mais leur espoir se heurte trop souvent à des réalités dramatiques, comme celles du trafic d’organes ou des camps de torture.



Il n’y a pas d’autres solutions que la PAIX !

Il le faudra bien un jour, et le plus vite possible, en Palestine et partout ! Insupportables images, et propos ! voici une réponse communiquée par des artistes palestiniens musulmans et des juifs israéliens ! Que les Dieux, s’il existent, vous entendent... car les plaies actuelles, comme celles anciennes (et hélas futures) sont profondes, terribles et tenaces ! message envoyé par Michèle Durant
 
JPG - 917.4 ko
La Paix, grand tapis paslestino-israelien
Œuvre unique grand format, exposé à Paris à partir de mai 2014, bien avant l’embrasement en Palestine !

Tapis tufté, présenté à Paris. dimension : 2,80 m x 1 m Tapis tufté... pour la Paix



AAB 2014 c’était les PORTES OUVERTES PARIS BELLEVILLE

25 ans déjà et ça se fête ensemble... avec la Reine de Saba aussi... C’était le très beau festival artistique dans tout l’est parisien durant 4 jours.
 

Bonjour,

C’était déjà : La 25e édition des Portes Ouvertes des Ateliers d’Artistes de Belleville s’est déroulée les vendredi 23, samedi 24, dimanche 25 et lundi 26 mai 2014, de 14h à 20h. Cette année, les AAB célèbrent leurs 25 ans ! Au programme, 250 artistes ouvrent leurs ateliers et de nombreuses surprises vous ont attendu :
- La Guinguette du Belvédère, samedi de 19h30 à 22h30 - Le Concours Photo
- L’Exposition "Résistance", une belle occasion de revenir sur l’histoire d’un quartier unique et cosmopolite - Un Jeu de Piste, pour toute la famille.

et plein de surprises à l’Espace Reine de Saba... ...

Plan/programme à télécharger sur le site : http://ateliers-artistes-belleville.fr/wp-content/uploads/aab-lois/2013/AAB-PO2014-PlanA4-Low.pdf

Plan Google Maps : http://ateliers-artistes-belleville.fr/les-portes-ouvertes/plan-des-ateliers/

Portfolios des artistes : http://ateliers-artistes-belleville.fr/les-artistes/portfolios-artistes/

Suivez-nous sur Facebook : https://www.facebook.com/events/320609398088270/ Ateliers d’Artistes de Belleville 1 rue Francis Picabia

A BIENTÔT... l’an prochain, avec un magnifique festival de carnettistes du monde entier...



8 mars et tous les autres : journée de la femme

Yémen et partout dans le monde : vive les femmes qu’on aime !!! Au Yémen, et ailleurs, oui, vive les femmes, belles et fortes : Vous les hommes qui vous sentez supérieurs... Vous oubliez que vous existez que par elles, qu’elles vous ont porté, enfanté, allaité, et sans doute aimé... jusqu’à ce que vous soyez vous-même, autres, différents, heureux ou stupides... Dossier ici à suivre concernant le Yémen...
 

photo ci-jointe : apicultrice à Hadibu, Socotra. Association de femmes. Ici, malgré/avec le voile le geste est sûr...

Apicultrice à Socotra

Une réponse concernant l’Ethiopie de : Hubert Tabutiaux.

clixhé H. Tabutiaux. AA

http://huberttabutiaux.wordpress.com/2013/05/06/le-livre-papier-de-mon-grand-voyage-est-paru/

(voir et découvrir son site et ouvrage tout récent). Avec nos remerciements pour cette photo significative prise à Addis Abeba, et qui montre que les femmes ne sont pas dupes...



ETIENNE RENAUD... notre ancien ami au Yémen

Disparition du père blanc Etienne Renaud le 20 juin 2013 Nous ne le savions pas, mais l’avions toujours dans notre cœur, depuis ces rencontres magnifiques avec lui, au Yémen, il y a 40 ans, et d’autres qui se sont suivies ensuite à Sanaa (jusqu’en 1980) et ailleurs. le Père Etienne, Etienne pour les intimes, nous l’avons su hier, 9 février 2014, par une des ses cousines, passant à l’Espace Reine de Saba, est décédé en juin 2013
 

Il nous reste tant de souvenir, de bons moments avec lui, ce Chrétien fidèle et œcuménique en terre d’Islam traditionnel, cultivant l’amitié, la tolérance, le partage... Eduquant, partageant... toujours : il m’avait offert un jour un tirage de cours français -arabe (Yémen) tapé à sa machine a écrire... Adieu, pas tout à fait à Etienne. JM

Etienne Renaud

Lire article du journal "La Croix", ci-dessous :

"Le P. Étienne Renaud, 76 ans, ancien supérieur général des pères blancs et ancien président de l’Institut pontifical d’études islamiques (Pisai), est mort jeudi 20 juin 2013 à l’hôpital de Marseille.

Originaire d’Angers, entré en 1965 chez les Missionnaires d’Afrique où il a été ordonné prêtre en 1996 à Paris, le P. Étienne Renaud avait entamé ses études au Pisai, à Rome, avant une année d’études d’arabe, en 1969, à Damas (Syrie). En mission en Tunisie (1969-1972) puis au Yémen (-1972-1980), il rejoint le Pisai en 1980 comme professeur et nommé, l’année suivante, supérieur régional des pères blancs pour l’Italie.

Élu supérieur général des pères blancs en 1986, il devient, en 1992, responsable de l’Institut des belles-lettres arabes, à Tunis et participe, en 1994, à la première assemblée spéciale pour l’Afrique du Synode des évêques à titre d’expert des évêques du Maghreb. Cette même année, il est nommé président du Pisai, poste auquel il sera reconduit en 1997.

Envoyé en Tanzanie en 2000, puis à Khartoum (Soudan), il revient en France en 2005 pour une année sabbatique à Lyon puis rejoint Rome comme supérieur de la communauté du Pisai. En 2008, il s’installe à Marseille où il est vicaire à la paroisse Saint-Antoine tout en partageant avec Sœur Colette Hamza la responsabilité diocésaine de la relation avec les musulmans".

Nombreux dossiers sur internet : dont le remarquable :

www.http://inmemoriam-etiennerenaud.com/ecrits_articles.html



COMMENT çA VA BIEN ! Les SECRETS DE L’ENCENS... 9 décembre 2013

COMMENT CA VA BIEN ! ÉMISSION DU 09/12/2013

extrait : http://www.france2.fr/emissions/com...

Isabelle Cadd part à la découverte des secrets de l’encens ...le premier étant d’ailleurs qu’il est avant tout un arbre ! La suite en vidéo... à voir en direct le 9 décembre 2013 puis sur le site de France 2. Reportage en compagnie de José-Marie Bel, ethno-botaniste et spécialiste de la région des Boswellia, les fameux encensiers... Exposition et vente de résines (encens et myrrhe divers et authentiques), objets et livres : nous contacter : 01 43 57 93 92) et pack spécial CCVB (11 euros, port compris, France). > reinedesaba2@orange.fr


 

Pack ENCENS CCVB

Reportage en compagnie de José-Marie Bel, ethno-botaniste et spécialiste de la région des Boswellia, les fameux encensiers... Exposition actuelle "ADEN, Arthur RIMBAUD, enfer et paradis" jusqu’au 28 décembre (et prolongée du 6 janvier au 19 février 2014, le thème de l’encens, si cher à Arthur Rimbaud est abordé et présenté) et vente de résines (encens et myrrhe divers et authentiques : nous contacter : 01 43 57 93 92) et pack spécial CCVB (11 euros, port compris, France).

BEL - MONOD

Reportage "les secrets de l’Encens" > extrait : http://www.france2.fr/emissions/com...

Reportage en tout début d’émission de 3 mns 10 s à 8 mns 17 s (puis suite avec commentaires sur le plateau jusqu’à 12 mns 40 s)

>>> L’Espace Reine de Saba propose un pack spécial, pot d’encens pur (valeur : 5 euros/pot), Boswellia Sacra, OU de Myrrhe pure, Commiphora Myrrha + rouleau de 10 pains de charbon compact naturel avec emballage et port ( France) : 11 euros ttc. Dom-tom : 15 e. Pour deux pots + un rouleau/emballage et port (France) : 18 e. > Trois boites 5 x 3 : 15 euros + un rouleau de charbon+ emballage/port (8 euros) : 23 euros Plus de produits et autre destination : nous consulter, merci.

UN LIVRE : Botanique au Pays de l’Encens, José-Marie Bel et Théodore Monod, mission d’exploration au Yémen, à la recherche des derniers encensiers ; Ed ; Amyris. Disponible sur place (30 e, dédicacé) et sur commande (30 e + port, 6,30e, France). NOUS CONTACTER : > reinedesaba2@orange.fr


EXPOSITION ACTUELLE à l’Espace Reine de Saba (jusqu’au 28 décembre, tlj sauf lundi, 14h30 - 18h30) prolongée du 11 MARS AU 9 MAI 2014, puis ensuite exceptionnellement (avec une scénographie différente) du 20 MAI au 30 JUILLET 2014.

ADEN...RIMBAUD

ADEN - Arthur RIMBAUD… ENFER & PARADIS. Histoire de la cité-volcan antique d’Arabie et du lumineux poète en exil (errance, négoce, exploration, écriture, trafic et agonie). Exposition exceptionnelle prolongée plusieurs fois depuis son ouverture au public : Dates : du mardi 10 septembre au samedi 28 décembre 2013 (prolongée du 6 janvier au 19 février 2014, puis – à l’étude - ensuite de mars à mai 2014)

La vie d’Arthur Rimbaud ; « poète Voyant » ayant quitté l’Europe en 1874, parcourant le monde et s’installant en 1880 sous l’implacable soleil d’Aden et en Abyssinie. 17 années de préparation pour une exposition d’exception : Les premières photographies albuminées datant des années 1856 - 1890, inédites et exclusives, incunables, ouvrages, cartes, plaques de verres peintes, photographies du XX ème siècle, gravures, étoffes, objets du café et ethnologiques exceptionnels et maquettes d’architectures et de paysages. > Photographies anciennes dévoilées récemment représentant Rimbaud (dont le « Coin de table ») dans les années 1885, ayant soulevées des débats animés. > Scénographie liée à l’ouvrage prémonitoire d’Arthur Rimbaud « Une Saison en Enfer » écrit en 1873.

Exposition initiée par José-Marie BEL, ancien président de l’Association les Amis de Rimbaud et architecte-décorateur de la Maison Rimbaud à Aden. Iconographie sur demande, merci.

Espace Reine de Saba 30, rue Pradier 75019 Paris. M°Pyrénées/Buttes-Chaumont -Bus 26 Téléphone : O1 43 57 93 92. Ouvert du mardi au dimanche de 14h30 à 18h30 (fermé les 11 novembre, 25 décembre). PAF. Conférencier et groupe du RV.

ADEN RIMBAUD

RIMBAUD à ADEN 1880 - 1891


Ce jour, dimanche 10 novembre 2013, entre 16 h et 16h45 un événement très particulier s’est déroulé devant le mur des Fédérés au cimetière du Père Lachaise à Paris…

Une équipe de choristes aguerris, bien que le soleil caressait encore la cime des arbres et des immeubles derrière le Mur… s’est mis ! Oh surprise à chanter, - sans doute pour ma première fois à Paris, et certainement ici : la chanson des fusillés de la Guerre de 14 – 18 : la fameuse chanson de CRAONNE !Quelle affront ! (Ah… front) ; Quelle audace !

CRAONNE À PARIS

Ils étaient 13, non 14 avec le chef de chœur, un certain Bruno D. ! La gorge bien chaude, peut-être pas pour toutes… douce, forte, puissante, engagée, enrôlée ! Mais/et ce fût un moment d’exception : la force des paroles de cette chanson contée à la manière d’une jolie ballade printanière (ou automnale…) est puissante, touchante, terrible ! Contraste entre la relative gaîté (céleste… des défunts, ou fusillés parce-qu’insoumis) et ces paroles choisies qui sont encore chuchotées, et interdites en lieu public, et en lieu militaire. Cette équipe/chorale dégageait un esprit chargé de générosité et d’altruisme... sans aucune volonté polémique. Beauté du rendez-vous, du symbole, valeur profonde de l’effet, de la mémoire, de l’histoire des hommes et des combats inutiles ! hélas... Guerres de 70, 14-18, 39-45 et tant d’autres...

Bravo à cette initiative courageuse, si on peut dire, car l’équipe en a franchement vu d’autres…, - ce jour de la mort d’Arthur Rimbaud (10 novembre 1891, à Marseille), lui qui a dit avoir connu (et participé) à la Commune Paris !, jour aussi de la chute d’un autre mur « le Mur de Berlin –. Une rencontre ce jour frais et légèrement venteux, chantée à belles voix à deux reprises devant des amis, et quelques promeneurs du Dimanche, fort étonnés.

Il semblerait qu’au moment du début des commémorations des terribles années 14 – 18… que les CRAONNIERS sévisseront ici et ailleurs, et selon nos oreilles éclairées, demain, 11 novembre à 15 h, du côté de la Gare de l’Est ! Bons entendeurs ! Allons enfants… allaient-y !

RENDEZ-VOUS : Lundi 11 Novembre entre 15h00 et 15h30 sur place, Place du 11 Novembre 1918 (esplanade de la Gare de l’Est)… <<<< ça ne s’invente pas !

Et dans d’autres lieux bien sûr…

Ils étaient cent, ils étaient mille, bientôt ils seront des milliers ! et dire, qu’il y a quelques semaines, on allait se mettre dans le guêpier syrien, mais tout cela est vite oublié. La chanson de Craonne raisonne en nous tout comme une autre… d’un insoumis… celle du Déserteur.

Nota : Un récent reportage à la télévision soulève le voile de l’opprobre qui pourchasse encore de nos jours, dit-on la centaine de famille française (et du nord-est de la France), mais certainement plus, peut-être plusieurs centaines de familles. Elles ont non seulement vécu la tragédie de perdre un proche, un homme, un jeune, pas si lâche que ça… mais, elles ont dû supporter durant des décennies le regard du pouvoir, de l’état, du clergé, des voisins et des amis…

Il n’y a pas de mémoire courte, pas pour tous…

JMB/10/11/13

Sources :

La Chanson de Craonne (du nom de la commune de Craonne) est une chanson contestataire, chantée par des soldats français durant la Première Guerre mondiale, entre 1915 et 1917. Elle est interdite par le commandement militaire qui la censure en raison de ses paroles antimilitaristes (« on s’en va là-bas en baissant la tête », « nos pauvr’ remplaçants vont chercher leurs tombes »), défaitistes (« c’est bien fini, on en a assez, personne ne veut plus marcher ») et subversives incitant à la mutinerie (« c’est fini, nous, les troufions, on va se mettre en grève ») alors qu’une guerre est en train de se livrer sur le territoire national. Cette chanson politiquement engagée (à l’extrême-gauche) a des visées anticapitalistes quand elle fustige « les gros », « ceux qu’ont le pognon » et « les biens de ces messieurs là ». Elle est contemporaine de la révolution bolchevique de 1917 qui a entraîné, en France, la mutinerie des soldats communistes russes à La Courtine et, sur le front de l’Est, la débandade et le retrait des troupes russes (alors alliées à la France). Une des versions de cette chanson censurée est publiée, après la guerre, en 1919 par l’écrivain et journaliste communiste Paul Vaillant-Couturier sous le titre de Chanson de Lorette.

Histoire de la chanson : Le contexte

La Chanson de Craonne est connue pour avoir été entonnée par les soldats qui se sont mutinés (dans une cinquantaine de régiments de l’armée française) après l’offensive très meurtrière et militairement désastreuse du général Nivelle au Chemin des Dames. Au cours des combats, les soldats français, partant de la vallée de l’Aisne, devaient « monter sur le plateau » tenu par l’armée allemande. Le général Pétain, nommé le 17 mai 1917 au poste de général en chef des armées françaises en remplacement du général Nivelle, parvient à rétablir la discipline au sein des régiments touchés par les mutineries, en alliant condamnations exemplaires et mesures d’amélioration des conditions de vie des soldats. Plus de 500 mutins ou assimilés sont condamnés à mort (dont 26 effectivement exécutés).

L’origine de la chanson

Cette chanson anonyme a sûrement plusieurs auteurs. Elle a continuellement évolué au cours de la guerre en fonction des lieux principaux de combat. Elle apparaît sous le nom de La Chanson de Lorette, « complainte de la passivité triste des combattants »3 évoquant la bataille de Notre-Dame de Lorette à Ablain-Saint-Nazaire se déroulant entre septembre 1914 et septembre 1915. Ensuite, la chanson est transformée pour évoquer le plateau de Champagne au cours de l’automne 1915. En 1916, elle devient une chanson sur Verdun, le refrain devient :

Adieu la vie, adieu l’amour,
Adieu à toutes les femmes
C’est bien fini, c’est pour toujours
De cette guerre infâme
C’est à Verdun, au fort de Vaux
Qu’on a risqué sa peau [...]

Le lieu évoqué dans la chanson

Les restes du village dévasté de Craonne, aujourd’hui. La chanson est associée aux mutineries de 1917 et le refrain subit une nouvelle transformation :

C’est à Craonne, sur le plateau Pour l’occasion, le village de Craonne gagne une syllabe (Craonne se prononce habituellement krɑn, la chanson dit krɑɔn/ pour avoir le compte de syllabes). Le plateau dont il est question est le plateau de Californie qui surplombe le village. En effet l’endroit est le lieu de terribles combats à partir du 16 avril 1917 : la 1e division d’infanterie qui monte à l’assaut se trouve bloquée au niveau des caves de Craonne. Puis le 4 mai, une seconde offensive est lancée par la 36e division d’infanterie qui aboutit à la reprise de Craonne et à la progression sur le plateau de Californie4. La chanson de Craonne a été interdite en France jusqu’en 1974, date à laquelle Valéry Giscard d’Estaing en a autorisé la diffusion sur les ondes.

Paroles

Plusieurs variantes de la chanson sont attestées. Les paroles les plus connues sont celles publiées par Paul Vaillant-Couturier, lui-même issu d’une famille d’artistes lyriques parisiens5, selon deux versions légèrement différentes : celle de 1919 parue dans La guerre des soldats et une autre, parue dans le journal Commune, en 1934. L’écrivain anarchiste Henry Poulaille, soldat sur le Chemin des Dames a publié en 1937, une variante dans Pain de soldat : 1914-1917.

Musique

La chanson a été écrite sur l’air de la chanson Bonsoir M’amour7, procédé fort utilisé pendant la Grande Guerre. Bonsoir M’amour, paroles de Raoul Le Peltier, musique de Adelmar Sablon (pseudonyme de Charles Sablon) sur un mouvement de valse lente, est publiée aux éditions Valsien en 1911. Créée par Karl Ditan et chantée par de nombreux artistes, dont Emma Liebel, la chanson obtient un grand succès. Les reprises contemporaines de La chanson de Craonne sont souvent exécutées dans le style de la valse musette, avec accompagnement d’accordéon. C’est notamment le cas des versions de Tichot, des Amis d’ta femme, de Gérard Pierron, de Marc Ogeret ou de Marc Perrone. L’opposition entre une musique dans le style guinguette renforce par opposition le tragique du texte, comme c’est le cas par exemple pour Le Temps des Cerises.

Merci à Wikipédia, quelques modifications ont été apportées par nos soins



EXPOSITION EN PRÉPARATION 2014 2015

les Portugais en mer Rouge, Ethiopie, Yemen, Oman au XVI e siècle En préparation : Dom João de Castro (1500-1548), officier naval portugais, fut le 4e vice-toi des Indes portugaises. Après de brillantes études humanistes en compagnie du fils du roi de Portugal, il fut envoyé à 18 ans à Tangier, participa au siège de Tunis (1535), et partit bientôt pour les Indes. Ses expéditions lui valurent une popularité croissante ; en 1547 il est nommé vice-roi. Il mourut entre les bras de Saint François Xavier en 1548.
 

Espace BEL' de Saba - 30 rue Pradier - 75019 Paris - Tél / Fax : 01 43 57 93 92 - Contact