Accueil [fr] | [fr] | [fr]
L'univers de l'Espace
Reine de Saba













ARTICLES DIVERS

Film LAMB, rare film éthiopien, salué par la presse et le public (et aussi à Cannes...) sur ARTE : jeudi 21 septembre à 23h45 Puis : En ligne du 21 septembre au 28 septembre 2017 Histoire : Profondément attaché à sa brebis, un jeune garçon déploie des trésors d’ingéniosité pour la sauver. Une œuvre touchante sur la détermination, imprégnée par la beauté des paysages éthiopiens. Premier film éthiopien présenté au festival de Cannes, en 2015.

Inséparable de sa meilleure amie, la brebis Chuni, Ephraïm, 9 ans, vit avec son père dans un village du nord de l’Éthiopie. Après le décès de sa mère, le garçonnet est confié à la famille de son oncle Solomon, un homme très exigeant. Lorsque ce dernier lui demande de sacrifier Chuni pour une fête à venir, Ephraïm s’enfuit avec elle…

Beauté infinie

Après des études à l’université de New York, Yared Zeleke a travaillé pour des ONG et a réalisé plusieurs courts métrages documentaires et de fiction. Avec "Lamb", son premier long métrage (et premier film éthiopien présenté au festival de Cannes, en 2015), il signe une œuvre émouvante et pleine de poésie grâce à la force de caractère de son jeune héros et à la beauté infinie des paysages africains. Production : Scénario : Yared Zeleke Costumes : Sandra Berrebi Décors / Bauten : Laurence Brenguier Image : Josée Deshaies Musique : Christophe Chassol Production : Slum Kid Films, Heimat Film, Gloria Films, Dublin Films, Film Farms, ZDF/Das kleine Fernsehspiel, ARTE. . Son : Till Heinrich Röllinghoff


Déjà 29 ans ! Et toujours le même désir de rassembler amis voyageurs et aventuriers autour de notre passion commune : le voyage, le temps d’un week-end à l’Opéra ! Un festival pour rêver, se documenter, échanger dans un esprit de tolérance, réfléchir aussi. Car ce monde dont nous aimons tant parcourir les sentiers, ces peuples que nous croisons, qui nous accueillent et dont nous admirons les traditions, prenons-nous le temps d’observer leur mode de vie, de comprendre leurs besoins ?

Du 29 septembre au 1er octobre 2017, le Festival des Globe-trotters ouvre ses portes pour une édition placée sous le signe du rêve, de l’évasion, de l’aventure, de rencontres authentiques entre voyageurs.

Avec la présence exceptionnelle de Mundiya Kepanga, chef papou, qui nous invite avec humour et poésie au cœur de sa forêt menacée.

De nombreux stands de voyageurs et de professionnels du voyage, des débats pratiques permettront à chacun de préparer son départ en bénéficiant des expériences de globe-trotters chevronnés.

Au programme, la diffusion d’une quarantaine de films à la découverte des merveilles du globe, des conseils pour la préparation au voyage, des conférences animées par de grands aventuriers, des expositions, des stands de globe-trotters qui ont accompli leurs rêves ... tout un panel d’animations provoquant dialogue, débats et échanges de vision du tourisme et bons plans pour tous les passionnés de découvertes !

Globe-trotters magazine n°175 arrive ! Septembre / Octobre 2017 - Festival des Globe-trotters : Différences sans frontières En 1977, cent dollars m’ont suffi à voyager du sud de l’Inde au Népal, pour un séjour dense, varié, aux multiples rencontres et découvertes, coutumes, sites grandioses, modes de vie des plus dépaysants. Pour une étudiante vivant dans l’occident consumériste, où les concepts de développement durable et de “halte à la croissance” n’étaient connus que de quelques initiés, ce fut une expérience inoubliable. Dix années plus tard, deux semaines à pied dans le Hoggar changèrent définitivement mon regard sur l’eau — et sur la sobriété. Des semaines après le retour, j’étais fascinée à la simple vue de l’eau coulant d’un robinet. Voyager est un état d’esprit, être capable de tout lâcher, pour aller à la rencontre de l’autre. Ne jamais être installé dans ses habitudes, certitudes et donc son confort, accepter les remises en cause provenant de sources les plus inattendues. Voyager est un art de vivre : l’art, c’est reconnaître ces occasions de lâcher, y arriver ici et maintenant, sans avoir besoin de se déplacer en Inde, au Népal ou au Hoggar pour faire l’expérience du détachement. Voyager, c’est vivre au présent, avec la sobriété qui apprend à réduire les conditionnements et contraintes inutiles. Il y a une trentaine d’années, les communications étaient limitées aux urgences, il était facile de s’immerger dans l’inconnu. Les sujets photographiques étaient soigneusement choisis, l’argentique coûtait cher. Encore auparavant, les grands voyageurs n’avaient que leurs plume, pinceau et papier pour transmettre leurs observations. Maintenant, rares sont ceux qui ne sont pas équipés de téléphone portable high tech, tablette, etc., et y consacrent un temps précieux. N’y aurait-il pas une nouvelle sobriété à expérimenter ? Pour mieux rencontrer l’autre et savourer le voyage... Entrant dans sa trentième année, ABM a suivi les évolutions du voyage. Le Festival des Globe-trotters, à l’Opéra de Massy, le dernier week-end de septembre, est devenu incontournable pour ceux qui oeuvrent afin que le voyage reste une grande aventure. Venance Journé (75)

contact : ABM.fr


Etenesh Wassie, Mathieu Sourisseau et Julie Läderach en concert :

Mardi 14 mars 2017 à 21h au Périscope : 13 rue Delandine, 69002 Lyon 04 78 38 89 29 / periscope.lyon@gmail.com http://www.periscope-lyon.com/_2191


CE 9 FEVRIER 2016 : Pour un court-métrage militant, qui devra se tourner entre le 26 février et le 3 mars prochain, nous cherchons une femme (20-35 ans) d’origine éthiopienne, érythréenne parlant soit amaric soit tigrinya et français (mais pas obligatoirement). (défraiement et cachet). Le film raconte l’errance d’une femme dont le frère s’est noyé dans le port de Calais en tentant de rejoindre l’Angleterre, et qui cherche à rencontrer les amis et témoins des derniers instants de son frère.

ps : Nous sommes les deux réalisatrices de "Voyage en Barbarie", film documentaire qui dénonce la réalité des camps de torture dans le Sinaï. Par ailleurs, nous connaissons parfaitement Calais et sa réalité, ayant déjà plusieurs fois travaillé sur place.

A TRANSMETTRE et nous contacter de toute urgence : reinedesaba2@orange.fr


COP21 aussi au Yémen : lire et voir ci-dessous : Bonjour, Chers extraordinaires membres d’Avaaz,

Nous avons réussi ! Même avec l’annulation de notre évènement phare à Paris, la Marche Mondiale pour le Climat de ce week-end a battu tous les records et est devenue la plus grande mobilisation pour le climat de l’Histoire ! De São Paulo à Sydney, nous avons été 785 000 à faire trembler le sol de nos pas lors de plus de 2300 évènements dans 175 pays, unis et demandant d’une même voix un avenir fondé sur des énergies 100% propres et renouvelables, qui sauvera tout ce que nous aimons. Nous étions à la une de tous les médias, et l’impact de notre mobilisation commence déjà à se faire ressentir à Paris.

Les mots me manquent pour rendre pleinement justice à la puissance, la beauté et la diversité de l’humanité qui s’est révélée hier, mais ces photos en disent long :


Comment écrire l’histoire des enracinements en diaspora ? Les Arméniens en Éthiopie

Share on facebookShare on twitterMore Sharing Services Conférence-débat de l’UniverCité

Mardi 1 Décembre 2015, 18:30 Avec Boris Adjemian, chercheur affilié à l’Institut des mondes africains, lauréat du premier Prix de la recherche, animée par Christine Chivallon, directrice de recherche CNRS, LAM (Les Afriques dans le Monde), Sciences Po Bordeaux - Université de Bordeaux.

La fanfare arménienne du negus Täfäri et son directeur, Kévork Nalbandian : photomontage de 1930 (collection Bibliothèque Nubar de l’UGAB) De la fin du XIXe siècle à nos jours, les immigrants arméniens en Éthiopie et leurs descendants se sont distingués par la richesse de leurs ancrages sociaux dans le pays d’accueil. Dans les représentations collectives comme dans la matérialité et la tonalité des parcours individuels, ils ont longtemps occupé une place intermédiaire, à mi-chemin entre le national et l’étranger. Cette sédentarisation a contribué à la formation d’un grand récit idéalisé de l’immigration arménienne dans lequel l’Éthiopie est devenue un homeland de substitution. Elle est scandée dans les mémoires par des figures et des événements emblématiques comme la création de la fanfare royale du ras Täfäri (futur empereur Haylä Sellasé) par quarante orphelins arméniens rescapés du génocide, en 1924. Au-delà de ses singularités, le cas des Arméniens d’Éthiopie nous invite à prêter attention à la part sédentaire de l’expérience diasporique. Celle-ci ne se résume pas à des réseaux de mobilités, au sentiment de l’exil et au lien réel ou rêvé à la terre d’origine, mais met également à l’épreuve la faculté des spécialistes des migrations et des diasporas à saisir et transcrire ces enracinements individuels et collectifs.

Télécharger la bibliographie réalisée par la médiathèque Abdelmalek Sayad.

Informations pratiques Entrée libre sans réservation, dans la limite des places disponibles. Auditorium Philippe Dewitte. Contact : recherche@histoire-immigration.fr

Palais de la Porte Dorée 293, avenue Daumesnil 75012 Paris


URGENT APPEAL : SOCOTRA FOS FUNDRAISER - CYCLONE RELIEF AID - http://gogetfunding.com/soqotra-needs-our-help/

Dear Friends and Colleagues,

As part of an extreme climatic event, two Cyclones hit the Socotra Archipelago hard on the 1st and 8th of November (Cyclones Chapala and Megh).

The Socotra Archipelago is a UNESCO Natural World Heritage Site, sometimes called "the Galápagos of the Indian Ocean" due to its exceptional biodiversity. The devastating impact of these cyclones resulted in losses of lives, countless injured, destruction of infrastructure, thousands of people displaced and huge ecological damage. Although the Archipelago is safe (not taking natural disasters into account), Socotra has been suffering recently under the ongoing conflicts on the mainland, resulting in a shortage of important goods to the island. With the destruction of its main artery, the only harbor (destroyed by Chapala), people are now even more isolated, and help is difficult. International support is necessary, and several countries have organised immediate relief efforts. However, much of this help is not reaching a significant proportion of the population - many people are stuck in remote areas as roads have been damaged, and even in main villages, the poor remain poor. Several people are still missing. In addition, the cyclones caused damage to Abdullah and Ahmed Hadeeb’s nursery, vital to conservation efforts on the island, and also to Boswellia trees on Homhil (many unrooted trees), Dracaena and Cucumber Trees, and to coral reefs (report EPA). The effects of the storm are only starting to become apparent as people are trying to reach isolated communities on the island, cut off by destroyed roads.

As the Chairperson of the Friends of Soqotra (FoS), I would like to launch an appeal for help to the people and the environment of the Socotra Archipelago to reduce the impacts of the cyclones. The Friends of Soqotra (with a q) is a UK-based Charity launched in 2000, aimed at raising awareness and supporting the natural and cultural heritage of this amazing Archipelago.

We have now organized local help, in cooperation with local and international agencies, to identify and to reach those people who are most in need of direct help. This help is being carried out by Socotri volunteers who have been selected by FoS. They are most capable at identifying the needs of their people. Small donations go a long way in Socotra (a mere 100 US dollars would help a displaced family to restart their lives).

We have set up a fundraiser to collect relief aid for Sccotra on behalf of FoS (set up by FoS committee member Lisa Banfield ; http://gogetfunding.com/soqotra-needs-our-help/) ; alternatively, it is possible to donate through the FoS website directly using PayPal (http://www.friendsofsoqotra.org/About/Mission.html). If more details (direct bank details) are needed for a FoS donation, and updates on what is happening on Socotra, feel free to contact me directly at kay.vandamme@gmail.com or to contact our treasurer, Hugh Morris, at hctmorris@hotmail.com. We also encourage people to share the appeal through facebook (https://www.facebook.com/FriendsOfSoqotra/ ?fref=ts). If you would like to be informed of how the donations are used, please include your name with your donation (in the fundraiser), and we will contact you.

EVERY EURO, DOLLAR, PESO, OR ANY DONATION, EVEN THE SMALLEST, HELPS ! If this would be happening in a Western country, the government would support help, but Socotra is not that fortunate.

Friends, either individually or as an NGO, have set up alternative fundraisers for the same purposes, if you would like to check them out as well (Solidarios sin Fronteras ; http://www.migranodearena.org/…/ayuda-socotra—help-socotra/and Socotra Cyclone Victims Aid ;https://www.facebook.com/socotra.cyclone.victims.aid/…).

Please share this appeal.

Shukran ! Socotra thanks you for your help !

Dr Kay Van Damme, on behalf of the Friends of Soqotra Committee Chairperson FoS (www.friendsofsoqotra.org)


Dans le cadre de la saison 2015-2016 des conférences de l’UniverCité (http://www.histoire-immigration.fr/2015/8/l-univercite-saison-2015-2016) organisée par le Département Recherche (Marianne Amar) du Musée national de l’Histoire de l’immigration (Etablissement public du Palais de la Porte Dorée), d’une séance organisée autour des travaux de Boris Adjemian : Docteur en histoire de l’EHESS et de l’Université "L’Orientale" de Naples, Chercheur affilié à l’Institut des Mondes Africains (IMAF).

Cette séance sera animée par Christine Chivallon : Directrice de recherche CNRS, Les Afriques dans le Monde (LAM), Sciences Po Bordeaux, Université de Bordeaux. Cette conférence intitulée : "Comment écrire l’histoire des enracinements en diaspora ? Les Arméniens en Ethiopie" aura lieu le 1er décembre 2015 à partir de 18h30 au Musée national de l’histoire de l’immigration : 293, avenue Daumesnil 75012 Paris (Auditorium Philippe Dewitte) - Métro Porte Dorée (Ligne 8).

Vous trouverez l’annonce de cette conférence sur le site du Musée national de l’histoire de l’immigration à partir du lien suivant :

http://www.histoire-immigration.fr/2015/8/comment-ecrire-l-histoire-des-enracinements-en-diaspora-les-armeniens-en-ethiopie

Musée national de l’histoire de l’immigration 293, avenue Daumesnil - 75012 Paris


Près de 90 000 ouvrages de tous genres à des prix dérisoires compris entre 1 e et 5 e vous attendent sous chapiteau sur la Place Bellecour de 10h à 20h sans interruption, à la Braderie "Livres et Solidarités"

L’Amitié Franco-Éthiopienne sera présente au Village de la Solidarité Internationale, sous le même chapiteau : Vendredi 13 novembre de 10h à 20h ; Samedi 14 novembre de 10h à 21h ; Dimanche 15 novembre de 10h à 18h

http://www.lasemaine.org/la-semaine-pres-de-chez-vous/animation ?id_animation=12142


LE YEMEN, ou la force de l’Histoire : conférence à l’IMA le dimanche 25 octobre 2015 à 16h IMA : Salle du Haut Conseil, 9ème étage ; Entrée libre dans la limite des places disponibles.

L’antique Yémen est aujourd’hui au cœur d’une actualité politique aussi réductrice qu’elle est brûlante. Des territoires de la mythique reine de Saba, le public français ne reçoit plus que des images de violence et de radicalisme sectaire. Cette table ronde entendrait avant tout extraire la lecture de ce grand pays de la Péninsule arabique des limites étroites ou l’enferme l’actualité.

L’un des prétextes et l’un des instruments de cette rencontre serait la présentation aux habitués des Jeudis de l’IMA un important ouvrage iconographique, désormais en accès public libre (depuis le 15 juillet 2015) « Le Yémen vers la république. Iconographie historique du Yémen – 1900-1970 ». François Burgat et Eric Vallet, les co-directeurs de l’ouvrage en projetteraient les extraits les plus susceptibles de donner aux participants les clés historiques de lecture des divisions politiques et sectaires qui se sont récemment exacerbées. Ils s’emploieraient plus encore, avec l’aide de Franck Mermier et de Lamya Khalidi, à expliciter toutes les raisons qui permettent de penser que le pays peut puiser dans cette longue histoire les ressources pour les surmonter. Un volet de la table ronde (Lamya Khalidi, archéologue) sera explicitement consacré à la présentation des hauteurs dominantes du patrimoine archéologique, tout particulièrement riche, de ce pays.

Avec : Eric Vallet, historien de l’Islam médiéval, enseignant chercheur et maître de conférences à l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; Laurent Bonnefoy, Chargé de recherche au CNRS, affecté au CERI depuis janvier 2013, politologue et arabisant, spécialiste des mouvements salafistes et de la péninsule arabique contemporaine ; Lamya Khalidi, chargée de recherche au CNRS, (Cultures et Environnements, Préhistoire, Antiquité, Moyen Age (CEPAM) - (UMR 7264) archéologue.

Débat animé par François Burgat, politologue, directeur de recherche à l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman à Aix-en-Provence.

http://www.imarabe.org/jeudi-ima/le-yemen-ou-la-force-de-l-histoire

AIDEZ LE YEMEN et sa population ! soutenez toutes les initiatives pour la Paix et ne pas oublier ce pays attachant et sa population généreuse empêtrée par les intérêts étrangers ! Lisez aussi l’article paru dans LIBERATION le 16 octobre 2015, soutenez les actions de SALAM FOR YEMEN et MSF : nombreux articles dans ce site, et contactez-nous !


Samedi 3 octobre 2015 à 17h30 salle de l’Acquêt d’eau à Messein

Philippe Bichon présentera un diaporama (photos & dessins) sur fond de sonorités orientales, jouées en direct sur son oud (luth arabe). L’idée est de retrouver sur scène le même esprit que les carnets de route, qui sont réalisés sans brouillon et sans filets. Ce montage numérique mêle photos, croquis et aquarelles extraits de son carnet de route réalisé sur le vif lors d’un voyage de 6 semaines seul en été 2009, complété d’un 2ème séjour un an plus tard, à l’invitation de l’ambassade yéménite à Paris, qui a souhaité inviter 8 artistes européens. Photos, croquis, aquarelles et musique vous transporterons ainsi sur les pas du globecroqueur à la découverte de ce pays fascinant.

Alors que le Yémen vit des jours particulièrement sombres, Philippe vous propose de découvrir le Yémen du bout de son pinceau. Si l’ « Arabia Felix » d’autrefois n’est plus tout à fait heureuse, elle étonne encore le peu de voyageurs qui osent s’y aventurer par son architecture et son authenticité. Il règne dans les rues de la ville de Sanaa ou dans les villages des djebels un vrai parfum d’aventure et bien loin des clichés, au coeur du souk ou dans les ruelles, l’hospitalité règne. Peu de pays au monde possèdent une architecture traditionnelle aussi riche, la moindre ville, le moindre village regorge de trésors architecturaux. Il a même fallu inventer un mot pour caractériser ces « maison-tours » yéménites, qui se dressent tout en verticalité. Philippe, l’oeil et le crayon exercés par ses années comme collaborateur d’architecte du patrimoine, retranscrit la finesse de cette architecture incroyable.

Dessiner permet de mieux s’imprégner des lieux, de rencontrer la population autrement. Son carnet de route nous offre un regard sur ce pays méconnu, aujourd’hui sous les feux de l’actualité

Inscrivez-vous sur la newsletter de mon blog pour suivre mon actualité automatiquement
—  Nadine Gellenoncourt Secrétaire A.P.P.L. peinture-messein@orange.fr http://www.peinture-patrimoine-lorrain.fr


Merci de signer ma pétition : Ministères des affaires étrangères européens, américain, saoudien : Arrêtez les bombardements et les combats au Yémen !

Chaque personne qui signe renforce notre mobilisation. Merci de prendre une minute pour partager ce lien avec tous vos contacts :

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Ministeres_des_affaires_etrangeres_europeens_americain_saoudien_Arretez_les_bombardements_et_les_combats_au_Yemen/ ?tUoekjb

Ensemble, provoquons le changement, Odile

— - Voici la pétition à envoyer à vos amis :

Ministères des affaires étrangères européens, américain, saoudien : Arrêtez les bombardements et les combats au Yémen La guerre au Yémen entraîne une crise alimentaire et sanitaire d’une sévérité jamais observée (MSF). Le CICR ramasse les cadavres dans les rues.

Des hommes, des femmes, des enfants meurent chaque jour sous les bombardements. Des hôpitaux, des écoles, des maisons sont détruits. Un blocus total empêche les organisations humanitaires d’intervenir.

Les hôpitaux n’ont plus de médicaments pour soigner les blessés et les malades.

L’électricité ne fonctionne pratiquement plus (quelques minutes par jour seulement).

L’accès à l’eau se raréfie. Une épidémie de dengue menace.

Les rues sont jonchées de cadavres.

Nous avons besoin de vous pour faire pression sur les gouvernements.

Signez cette pétition pour faire cesser les bombardements et les combats.

Cette pétition sera remise aux différents ministères des affaires étrangères européens, américain et saoudien.

Atteignons 500 000 signatures !

« Un désastre humanitaire à huis clos » :

http://www.lefigaro.fr/international/2015/06/12/01003 20150612ARTFIG00385-guerre-au-yemen-un-desastr...

Le CICR choqué par les souffrances endurées par la population yéménite :

https://www.icrc.org/fr/document/le-cicr-choque-par-les-souffrances-endurees-par-la-population-yemen...

Yémen : un cessez le feu immédiat et permanent pour sauver des millions de civils :

http://www.actioncontrelafaim.org/fr/content/yemen-un-cessez-le-feu-immediat-et-permanent-pour-sauve...

Yémen : les civils pris au piège par le blocus imposé par la coalition :

http://www.actioncontrelafaim.org/fr/content/yemen-les-civils-pris-au-piege-du-blocus-impose-par-la-...

Yémen : fin des consultations de Genève sans accord pour une trêve :

http://www.liberation.fr/monde/2015/06/19/yemen-fin-des-consultations-de-geneve-sans-accord_1333208 https://secure.avaaz.org/fr/petition/Ministeres_des_affaires_etrangeres_europeens_americain_saoudien_Arretez_les_bombardements_et_les_combats_au_Yemen/ ?tUoekjb

Envoyé par Avaaz à partir de la pétition de Odile


Message reçu de Sonia H :

Comme d’habitude, l’Amitié Franco-Éthiopienne sera présente aux "Invites" de Villeurbanne, avec un stand aux "cuisines du monde"
- samedi 20 juin 2015, de 12h à 17h30
- au Parc du Centre (derrière Monoprix)
- métro "Gratte-Ciel" (voiture déconseillée)

Repas éthiopien, café, thé épicé, gâteaux, birz.... Toute aide sera bienvenue, pour la préparation et le service.

Mon téléphone : 06 03 44 40 88.


Reçu de la part de Sonia H : Olivier Bourguet présente ses belles photos d’Éthiopie :
- Vendredi 13 mars à 20h30 au Cinema André Pinatel, Rue Eugene Bonnardel, 42530 Saint-Genest-Lerpt (près de Saint-Étienne) http://www.olivierbourguet.com/


Reçu le 8 mars 2015 à 15 h :


Forwarded message from cra ----- Date : Tue, 3 Mar 2015 12:54:55 +0100 From : cra Reply-To : cra Subject : Offre de bénévolat - Interprètes

Madame, Monsieur, Le service d’aide aux étrangers retenus (SAER) de l’association France terre d’asile est à la recherche d’interprètes bénévoles par téléphone pour sa mission d’information et d’aide à l’exercice effectif des droits des personnes placées dans quatre centres de rétention administrative (Coquelles, Rouen-Oissel, Palaiseau, Plaisir).

Nous vous saurions gré de bien vouloir diffuser cette offre au sein de votre établissement ainsi qu’auprès des membres de votre structure.

Vous en remerciant par avance. Meilleures salutations,

Chloé MONFORT Conseillère juridique et administrative Service d’aide aux étrangers retenus cra@france-terre-asile.orgcra@france-terre-asile.org> Tél. : 01 53 04 20 29 / Fax. 01 40 03 93 10 Tél. : 06 14 74 15 10 [cid:image001.jpg@01D055B0.B895BB50] France terre d’asile 24 rue Marc Seguin - 1er étage 75018 Paris


MAIS Où VA LE YÉMEN ?? ARTICLE REçU CE 7 mars en anglais :

The political upheaval in Yemen has dealt a powerful blow to the country’s oil industry, forcing companies to abandon productive oil patches and evacuate staff as a rebel group consolidates power.

Houston-based Occidental Petroleum Corp. , which has been operating in Yemen for nearly three decades, flew its staff out of the country in January, executives and local officials said, after gunmen stormed its compound in the capital, San’a, where Houthi militants have tightened their grip on power.

Since then, executives and local officials said Nexen Inc.-owned by China’s Cnooc Ltd. -Norway’s DNO AS A and Dove Energy Group of Dubai are all moving to relinquish their rights to blocks that produce thousands of barrels of crude a day.

And Austrian energy company OMV AG -which produces about 22,000 barrels a day in Yemen-has evacuated most of its expat staff and scaled back its operations.

"Yemen at the moment is a very difficult environment," said OMV’s head of exploration and production, Jaap Huijskes, in a call with reporters last month.

After nearly four years of violence and political fracturing in Yemen, company executives and experts said the security situation has reached a tipping point, especially for producers with smaller fields. Pipelines and oil blocks are under continuous attacks from tribesmen or groups affiliated with al Qaeda seeking to discredit the government and disrupt a source of revenue.

"It is difficult to see how Yemen’s oil industry can survive a descent into chaos or a breakup of the country," said Robin Mills, head of consulting at Dubai-based consultancy Manaar Energy. "Avoiding the worst outcomes will require a radical rethink of how the oil industry operates and how its resources are distributed."

The stakes have been raised since the rebel Houthis, who are also at odds with al Qaeda, took control of San’a by force last year. Yemeni President Abed Rabbo Mansour Hadi, with support from the U.S., Saudi Arabia and other Persian Gulf countries, is trying to mount a comeback from the coastal city of Aden. Meanwhile, much of the country is under tribal rule.

The oil company exodus has hastened the decline of the petroleum industry in Yemen, where some saw the emergence of a new Middle East oil powerhouse in the 1980s. But the country’s oil fields peaked about a decade ago, and the industry has since been hampered by aging fields, corruption and sabotage.

Yemen, a relatively small oil producer by Middle Eastern standards, saw output fall to around 130,000 barrels a day last year from nearly 300,000 before the start of armed conflict in 2011, according to the U.S. Energy Information Administration. The country’s oil-export revenue-which accounts for 90% of its foreign-currency earnings-fell by $1 billion in 2014, down 37% from 2013, according to the Central Bank of Yemen.

Oil companies such as Occidental are leaving a country where they have long-standing relationships. Others, like Nexen, had relatively small blocks. Nexen was producing only half of its block’s 6,000-barrel-a-day capacity and decided to hand over all operations in Yemen to state-owned Petro Masila last month, though their production contract in the country extended through 2023, officials said.

A Nexen spokeswoman said that the company’s Yemen block "is not economic" and that the company would work with its employees and government to "safely transition the operations."

Several oil companies have decided to stay, including Total SA, the country’s biggest producer at about 40,000 barrels a day. Total has been talking to Houthi officials since October, two weeks after the rebels seized power in San’a, according to Houthi officials.

An official at another company staying in Yemen said smaller producers were leaving the country, but "companies with production exceeding 25,000 barrels would think twice before leaving Yemen." Adding to uncertainty for oil producers, the Houthis control the Bab-el-Mandeb, the strait connecting the Gulf of Aden to the Red Sea and a route for oil tankers heading to the Suez Canal.

Houthi leaders say they plan to keep the Bab-el-Mandeb open to shipping traffic and are looking to take over Yemen’s oil country in the north, including Marib, where the nation’s main pipeline carries up to 100,000 barrels a day to the Red Sea port of Ras Isa.

Houthi leaders say they can provide more safety from al Qaeda attacks, setting up a showdown with tribal leaders who say they will defend their territory.

"Foreign companies leaving Yemen is a political decision and not a security one," Abdullah Shaban, the head of the Houthi Oil and Gas Committee, said in an interview. "We will not threaten or harm foreign interests in Yemen but rather ensure that their operations do not go against the Yemeni law."

They also say Yemen’s oil industry is corrupt, with companies not only paying the central government for rights to drill and produce in the country, but also paying tribal leaders for security. In Marib, those payments total about $1 billion a year, local officials said. Tribal officials say the Houthis simply want a cut for themselves.


Zoom : L’Ethiopie, à la confluence des temporalités. Zoom du salon de lecture Zoom l’Ethiopie, à la confluence des temporalités - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre

Du vendredi 2 janvier au 30 avril 2015 Plus de 300 livres issus des réserves de la médiathèque en libre-accès au salon de lecture Programmation audiovisuelle à découvrir sur les postes informatiques

Programmation Conférences, tables rondes, rencontres, sorties d’objets, etc. programmés du mois de janvier au mois d’avril. Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles

Présentation

Bahaylou, peinture, scène de chasse. Ancienne collection de Marcel Griaule © musée du quai Branly - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre

Bahaylou, peinture, scène de chasse. Ancienne collection de Marcel Griaule © musée du quai Branly.

Loin des images éculées de la famine ou de la guerre, l’Éthiopie compte désormais parmi les grandes puissances africaines. Porte-parole de l’Afrique aux G8 et G20, le pays accueille les sièges de l’Union Africaine et de la Commission Économique de l’Afrique, et le gouvernement est en train de construire, sur le Nil, le plus grand barrage hydro-électrique du continent. Pays exceptionnel par son histoire chrétienne et impériale millénaire, seul à n’avoir pas connu la colonisation, qu’en est-il, aujourd’hui, de l’Éthiopie ?

Ce pays est l’objet de toutes les attentions au salon de lecture de janvier à avril 2015. Le programme de rencontres et tables rondes ne fait pas l’économie de sujets presque clichés pour en faire mieux connaître la profondeur. La reine de Saba sera présente, mais sur une peinture d’histoire des collections du musée, l’histoire de la Révolution socialiste introduit une séance sur l’Ethiopie contemporaine, les femmes mursi à labrets amènent à parler de la globalisation. Qu’est-ce que les Falashas du passé et les Rastafaris d’aujourd’hui ont en commun ? Que fait l’Éthiopie de son patrimoine naturel et culturel dans ces temps de globalisation ?

.

Shining Ethiopia

Jeudi 22 janvier à 19h

Cette séance a été organisée à partir du numéro spécial d’Echo Géo intitulé « Glocal Ethiopia » dirigée par Marie Bridonneau et Sabine Planel (à paraître courant 2015).

Longtemps demeurée fermée, l’Ethiopie engage une profonde refondation et une série de transformations politiques, économiques et sociales. Une nouvelle Ethiopie est-elle en train d’émerger malgré le maintien de l’autoritarisme  ? Les intervenants expliqueront le phénomène de glocalisation qui structure aujourd’hui l’espace éthiopien dans son ensemble. Alain Gascon revient sur quarante ans qui ont changé l’Éthiopie, de l’Ancien régime à la révolution et à la mondialisation.

Avec Alain Gascon, géographe et professeur émérite à l’Institut français de géopolitique de l’Université Paris-VIII  : Éthiopie fédérale  : la modernisation impérative.

Jean-Nicolas Bach, docteur en Science politique, Institut d’études politiques de Bordeaux  : Les élections éthiopiennes de 2015 : La fin des illusions démocratiques  ? (voir la page de Jean-Nicolas Bach sur academia.edu)

Sabine Planel, géographe, IRD  : La question du développement foncier urbain et rural et sur la question de l’accaparement foncier. .

Les livres des intervenants : «  La difficile construction de l’architecture africaine de paix et de sécurité en Afrique de l’Est  », Jean-Nicolas Bach, in L’Architecture de Paix et de Sécurité en Afrique. Bilan et Perspectives, L’Harmattan, 2014. La Grande Éthiopie, une utopie africaine, Alain Gascon, CNRS éditions, 1995, et Sur les hautes terres comme au ciel. Identités et territoires en Éthiopie, Publications de la Sorbonne, 2006. «  Glocal Ethiopia  », Sabine Planel et Marie Bridonneau (Coord.), numéro spécial Echo Géo, n° 31, mars 2015.

L’Architecture de Paix et de Sécurité en Afrique. Bilan et Perspectives - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre

La Grande Éthiopie, une utopie africaine, Alain Gascon, CNRS éditions, 1995 - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre

.

L’Ethiopie antique et médiévale

Affiche "Shining Ethiopia" - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre

Samedi 31 janvier à 17h

« Les recherches archéologiques récentes ont révélé des sites urbains islamiques ainsi que les vestiges funéraires de sociétés païennes, voisins dans les deux cas du royaume chrétien médiéval. Quelles formes de cohabitation religieuse, mais aussi politique et économique, révèlent ces nouvelles données  ? » François-Xavier Fauvelle.

Avec Bertrand Poissonnier, archéologue, INRAP, Institut National de Recherches Archéologiques Préventives  : L’Ethiopie antique  ; François-Xavier Fauvelle, historien spécialiste de l’Afrique, directeur de recherches au CNRS (laboratoire TRACES, Toulouse)  : Chrétiens, musulmans et païens en Ethiopie médiévale  : coopération et concurrence  ; Marie-Laure Derat, historienne, CNRS  : Les formations politiques dans le royaume chrétien d’Ethiopie entre les XIe et XVe siècles  ; Bertrand Hirsch, professeur d’histoire de l’Afrique médiévale à l’université Paris I Panthéon Sorbonne  : Constructions européennes et éthiopiennes du Moyen Age éthiopien.

.

Livres des intervenants : Enquête sur les rois Zagwe. Royaume chrétien d’Ethiopie, XIe-XIIIe siècle, Marie-Laure Derat, 2014. Espaces musulmans de la Corne de l’Afrique au Moyen-Âge, François-Xavier Fauvelle, Centre Français des Études Éthiopiennes, 2011. La culture Shay d’Ethiopie, Xe-XIVe siècles, recherches archéologiques et historiques sur une élite païenne, Bertrand Poissonnier, De Boccard/CFEE, 2012.

La culture Shay d’Éthiopie (Xe-XIVe siècles) - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre

Espaces musulmans de la Corne de l’Afrique au Moyen-Âge - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre

.

Musiques liturgique et profane

Affiche de "Musiques liturgique et profane" - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre

Dimanche 1er février à 16h

Avec Anne Damon-Guillot, ethnomusicologue, Société Française d’Ethnomusicologie, maître de conférences à l’université Jean Monnet Saint Etienne  : Musique et gestuelle de l’Eglise orthodoxe unifiée d’Ethiopie.

Et avec Jacques Denis, journaliste reporter (Le Monde Diplomatique, Jazz News, RFI…) pour une séance d’écoute sur l’âge d’or de la musique éthiopienne.

Lire La mémoire dans la musique liturgique de l’Église chrétienne orthodoxe unifiée d’Éthiopie à travers la performance, l’écriture et la rencontre d’Anne-Damon Guillot sur Les Cahiers d’ethnomusicologie.

«  Sounds of Hell and Sounds of Eden. Sonic worlds in Ethiopia in the Catholic missionary context, 17th-18th centuries  », Toward an Anthropology of Ambient Sound, dir. C. Guillebaud, New York  : Routledge (Anthropology series), 2015.

.

Figures et enjeux de l’empire d’Ethiopie au XXe siècle  : Ménélik II, Lïj Iyassu, Haïlé Sélassié I

Figures et enjeux de l’empire d’Ethiopie au XXe siècle  : Ménélik II, Lïj Iyassu, Haïlé Sélassié I - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre

Affichette "Figures et enjeux de l’empire d’Ethiopie au XXe siècle  : Ménélik II, Lïj Iyassu, Haïlé Sélassié I"

Samedi 7 février à 16h

Cette rencontre met en lumière le rôle des trois rois de cette période clé de l’histoire de l’Ethiopie grâce aux recherches d’Eloi Ficquet sur Lïj Iyasu, à celles sur la création de la fanfare royale par le ras Täfäri de Boris Adjemian ainsi qu’à l’étude des photographies royales d’Estelle Sohier. Le livre d’Hugues Fontaine sur le train Djibouti-Ethiopie traverse les trois règnes.

Avec Eloi Ficquet, historien et anthropologue, EHESS : The Life and Times of Lïj Iyasu of Ethiopia  : New Insights. Zürich, Lit Verlag, 2014  ;

Estelle Sohier, maître assistante au Département de Géographie de l’Université de Genève  : Le Roi des rois et la photographie. Politique de l’image et pouvoir royal en Éthiopie sous le règne de Ménélik II, Sorbonne, 2012  ;

Boris Adjemian, historien, EHESS  : La fanfare du négus  : Les Arméniens en Ethiopie (XIXe-XXe siècles), Editions de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 2013  ;

Hugues Fontaine, photographe pour son livre African Train. Un Train en Afrique. Djibouti-Ethiopie. Addis Ababa, CFEE/ Shama Books, 2012.

.

a fanfare du négus  : Les Arméniens en Ethiopie (XIXe-XXe siècles), Editions de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 2013  ; - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre

Le Roi des rois et la photographie. Politique de l’image et pouvoir royal en Éthiopie sous le règne de Ménélik II, Sorbonne, 2012  - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre

The Life and Times of Lïj Iyasu of Ethiopia  : New Insights - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre

African Train. Un Train en Afrique. Djibouti-Ethiopie - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre

.

.

Aventure d’une œuvre dans le noir

© musée du quai Branly, photo Didier Gauducheau - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre

© musée du quai Branly, photo Didier Gauducheau

Dimanche 8 février à 16h et 17h

La découverte sensorielle se fait dans la pénombre par l’écoute et le toucher d’un objet facsimilé, réplique exacte d’un chef-d’œuvre du musée par un conférencier de l’association Percevoir.

Avec Hélène Wilhem de l’association Percevoir.

.

Ethiopie, la terre du prêtre Jean

Rencontre autour de la vitrine Ethiopie du salon de lecture - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre

Jeudi 12 février à 18h30

Présentation de la vitrine du salon de lecture consacrée à l’Ethiopie.

Par Hélène Joubert, conservateur en chef, responsable des collections Afrique au musée du quai Branly.

En savoir plus sur la vitrine

.

L’Ethiopie aujourd’hui, une révolution inachevée  ?

L’Ethiopie aujourd’hui, une révolution inachevée  ? - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre

Samedi 7 mars à 15h

En Ethiopie, la révolution qui renversa en 1974 une théocratie pluri-séculaire engendra une dictature militaire, le Derg. Ce régime fut renversé à son tour en 1991 par une coalition de fronts rebelles qui a conservé le pouvoir jusqu’à aujourd’hui, contrôlant tous les échelons de l’Etat et de la société au nom de la démocratie révolutionnaire. Des programmes autoritaires de dépassement des faiblesses économiques ont été mis en œuvre et abouti à des transformations importantes, mettant le pays sur la voie du développement. Cette rencontre prendra la mesure de ces évolutions politiques, économiques et sociales et débattra des éléments pertinents pour décrire et analyser la situation actuelle.

Avec Eloi Ficquet, historien et anthropologue, EHESS  ; René Lefort, journaliste et chercheur, spécialiste de la Corne de l’Afrique .

à 17h : Les cultures contemporaines éthiopiennes

Avec Eloi Ficquet sur les dynamiques de la création contemporaine en Ethiopie et Marian Nur Goni, historienne de la photographie sur Michael Tsegaye, photographe éthiopien qui a participé à la biennale Photoquai 2011 et Addis Foto Fest.

à 17h30 : Patrimoine culturel et patrimoine naturel d’Ethiopie

Lors de cette rencontre, les auteurs confronteront les visages contemporains du patrimoine éthiopien. Il y sera question de la nature qui peine à exister hors du regard étranger dans les montagnes du Semen et de celle qui existe sous des formes sociales inédites en pays konso. On y découvrira aussi les aspects culturels qui favorisent l’amarrage au monde de la petite ville de Lalibela et les processus d’inscription de la population mursi à la société nationale éthiopienne. Le patrimoine d’Éthiopie se révèle à différentes échelles, tant universelle que locale ou national.

Guillaume Blanc  : La triste invention de la nature éthiopienne  : étude d’un patrimoine mondial des hauts plateaux.

Marie Bridonneau  : Lalibela, petite ville éthiopienne dans la mondialisation : du haut lieu à la ville ordinaire.

Elise Demeulenaere  : Le paysage culturel konso  : frictions et contingences autour d’un classement au patrimoine mondial de l’UNESCO  ; Projection d’un extrait du film Le roi ne meurt jamais, 2007, Doc Net Films Editions. DVD, 73 min .

Jean-Baptiste Eczet  : L’Ethiopie, c’est où ? Un point de vue Mursi et les enjeux qu’ils représentent.

.

Understanding Contemporary Ethiopia  : Monarchy, Revolution and the Legacy of Meles Zenawi, Eloi Ficquet et Gérard Prunier  : Hurst Edition, février 2015. - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre

Livres des intervenants : Understanding Contemporary Ethiopia  : Monarchy, Revolution and the Legacy of Meles Zenawi, Eloi Ficquet et Gérard Prunier  : Hurst Edition, février 2015. «  Le Simien Mountains National Park (Éthiopie), un “territoire-patrimoine” de violence  », in L’aluminium et la calebasse. Patrimoines techniques, patrimoines de l’industrie en Afrique, Guillaume Blanc, Paris – Belfort –Montbéliard, UTBM – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2013. "Lalibela, une ville éthiopienne dans la mondialisation. Recompositions d un espace sacré, patrimonial et touristique" par Marie Bridonneau, éditions Karthala, 2014. «  Les belles idées de la défigurée  : à propos du plateau labial des Mursi (Ethiopie)  », Jean-Baptiste Eczet, Images Re-vues, 10 | 2012.

.

Juifs éthiopiens, Juifs noirs et Rastafaris  : rencontres mystiques en et hors d’Ethiopie

Juifs éthiopiens, Juifs noirs et Rastafaris  : rencontres mystiques en et hors d’Ethiopie - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre

Samedi 28 mars à 16h

Juifs éthiopiens en Israël, Juifs noirs des Etats-Unis et Rastafaris des Caraïbes et au-delà, tissent autour de l’Ethiopie une histoire peu connue, pétrie d’imaginaires, de déplacements, et de pratiques sociales. Terre promise pour certains, terre quittée pour d’autres, l’Ethiopie recèle des pouvoirs de suggestion qui ne cessent de surprendre. Des spécialistes, chercheurs, dessinateurs, conservateurs, et cinéastes présentent des acteurs et des trajectoires qui dessinent les grands enjeux de la relation entre l’Ethiopie et ces groupes qui, chacun à leur manière, se font l’écho du mythe national fondateur, la rencontre entre le roi Salomon et la reine de Saba.

Giulia Bonacci, historienne, IRD/URMIS  : Exodus  ! L’histoire du retour des Rastafariens, L’Harmattan, 2010.

Jérémie Dres, auteur de la bande dessinée, Dispersés dans Babylone, Gallimard, 2014. L’auteur mène une enquête identitaire pour comprendre les liens entre les Juifs et les Rastas. Un récit entre reportage, autofiction et bande dessinée. Voir le site de Jérémie Dres

Daniel Friedmann, sociologue, cinéaste, CNRS  : Les Juifs d’Ethiopie. De Joseph Halévy à nos jours. Un siècle de rencontres, 25 ans d’immigration massive, « Voix », Paris, Les Editions du Nadir, 2007.

Maurice Dorès, chercheur et cinéaste, auteur avec Sarah Dorès, réalisatrice et monteuse du film Jacques Faïtlovitch et les tribus perdues.

Gaëlle Beaujean-Baltzer, responsable de collections Afrique, présente une peinture des collections du musée. Elle représente la légende de la reine de Saba, ancêtre de la lignée royale, huile sur toile d’Agganaw Engeda, Ethiopie.

.

Dispersés dans Babylone, Gallimard, 2014. - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre

Exodus  ! L’histoire du retour des Rastafariens, L’Harmattan, 2010. - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre

.

à 18h dans la salle de cinéma : Projections de films

Jacques Faïtlovitch et les tribus perdues. Film documentaire de Maurice Dorès et Sarah Dorès, 2011, 59 min, Les Films Esdés. Que sont les immigrants devenus  ? Film de Daniel Friedmann, 49 min, juin 2004 et avril 2005, CNRS Images.

Musée du quai Branly. Histoire mondiale de la colonisation Ménélik II et Hailé Sélassié par Simon Imbert-Vie © musée du quai Branly, photo Cyril Zannettacci - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre

Musée du quai Branly. Histoire mondiale de la colonisation Ménélik II et Hailé Sélassié par Simon Imbert-Vie © musée du quai Branly, photo Cyril Zannettacci

.

.

Les églises monolithes de Lalibela  : datation, attribution, controverses

Lalibela. Capitale de l’art monolithe d’Éthiopie. Paris, Picard, 2013. - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre

Lalibela. Capitale de l’art monolithe d’Éthiopie. Paris, Picard, 2013.

Jeudi 2 avril à 19h

Rencontre avec Jacques Mercier pour son livre Lalibela, Capitale de l’art monolithe d’Éthiopie (Jacques Mercier et Claude Lepage, Picard 2013.)

Jacques Mercier est anthropologue, spécialiste de l’Éthiopie, chercheur honoraire au CNRS (Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, université Paris-X Nanterre).

Ce centre de pélerinage majeur pour les chrétiens d’Éthiopie est composé d’un ensemble de onze églises entièrement taillées dans la roche durant la première décennie du XIIIe siècle. L’ouvrage, qui a bénéficié d’une campagne photographique exceptionnelle, est le premier à présenter ce site dans toutes ses dimensions, archéologique, historique, culturelle, artistique et religieuse.

.

L’Ethiopie au musée du quai Branly : une collection exceptionnelle

Jeudi 9 avril à 18h30

Par Hélène Joubert, conservateur en chef, responsable des collections Afrique au musée du quai Branly.

.

Peintures éthiopiennes  : histoire et matériaux

Samedi 11 avril à 17h

Présentation d’une peinture éthiopienne des collections.

A partir des collections du musée du quai Branly et du musée de l’Institute of Ethiopian Studies d’Addis Abeba, Claire Bosc-Tiessé, historienne de l’art, chercheur au CNRS, et Sigrid Mirabaud, chimiste, responsable du laboratoire de l’Institut National du Patrimoine, présentent leurs approches respectives de la création dans la peinture éthiopienne chrétienne du XVe au XVIIIe siècle. .

Dans les collections de l’iconothèque

Capture d’écran de recherche sur le catalogue de l’iconothèque avec le terme Ethiopie - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre

Capture d’écran de recherche sur le catalogue de l’iconothèque avec le terme Ethiopie

Jules Borelli

Jules Borelli (1852-1941) explorateur photographe, voyage en Ethiopie de 1885 à 1888. En 1887, à Ankober, il fait la connaissance d’Arthur Rimbaud, avec lequel il est l’un des premiers à parcourir le trajet d’Entotto à Harar. Il publie son récit à son retour éthiopie méridionale  : journal de mon voyage aux pays Amhara, Oromo et Sidama, septembre 1885 à novembre 1888. Le musée du quai Branly conserve un ensemble de 540 négatifs. Ce corpus reste majoritairement inédit, puisque seuls 211 tirages sur papier sont connus.

Marcel Griaule

« Après avoir appris l’amharique et le guèze, Marcel Griaule part en Ethiopie le 25 Septembre 1928 pour une « mission ethnographique et linguiste » d’une dizaine de mois. Il réalise ainsi, à l’âge de trente ans ses première recherches de terrain grâce à un financement du Ministère de l’instruction publique et des beaux-arts. [...] à son retour en France, Griaule rapporte 700 photographies, différents spécimens d’animaux et de plantes ainsi que de nombreux objets liés à ses thèmes de recherche : manuscrits en amharique, peinture religieuses, objets liturgiques et vanneries. Quelques années plus tard, il publie Les Flambeurs d’hommes, récit littéraire et parfois romancé de ce premier voyage en Ethiopie.  »

Éric Jolly, Marianne Lemaire & Manuel Valentin : L’Afrique de Marcel Griaule. Les cahiers de l’expo. Paris, Musée de l’Homme / MSHN, 1998.

Catalogue en ligne

Découvrez l’Ethiopie dans les collections de l’iconothèque via le catalogue du musée

============= Dossier complet : FRIENDS OF HADHRAMAUT : rencontre le 7 mars à Londres. Dossier transmis par Sultana Al Quaiti : The Hadhramaut Research Centre is holding its first International Conference, "Rediscover Hadhramaut" in London on March 7th 2015 from 8:30 am- 5 pm. Distinguished academics from many parts of the world will participate in panels to cover topics on Hadhramaut in particular and Yemen in general. For more information please contact : www.hadhramautresearchcentre.com

FOREWORD

For centuries, Hadhramaut has played a significant and influential role in the Arabian Peninsula. Historically and at present, Hadhramis have migrated to other parts of the Arabian Peninsula, to Africa, the Indian sub-continent and to South East Asia. In all these regions, Hadhramis have played an important and significant role in many fields – in Society, in the Economy, in Politics, in Culture and Religion and in their Intellectual Development. This important role played by Hadhramis is recognized in all these areas. Indeed migration has had a critical impact on Hadhramaut itself.

In fact, Hadhramaut plays an important role in the regional and international political map. In recent time, it has played two contradictory roles in Yemen since the 1960s:it has contributed to both stability and instability in Yemen. Without either of these two roles the National Liberation Front (NLF) would have failed to build a state or have attracted a union with North Yemen which was run by tribal leaders. Thus, Hadhramaut gave both the two regimes (North & South) the required ingredient for some form of stability after the (1994) civil war. At the same time, Hadhramaut’s economic resources and geo-political significance were the main motive for the competition between tribal forces before and after forming the unity government as well as in the current transitional government. Consequently Hadhramaut is an important cause of instability in Yemen.

This situation has created a great deal of depression and hopelessness amongst the youth of Hadhramaut accompanied with loss of identity and a feeling of being foreigners in their own land. This partly explains the fact that many of them have joined radical movements, which is the adverse face of the normal peaceful and pious Hadhrami personality. In fact, the Yemeni identity has never been acceptable by the Hadhramis. This, in turn, has particularly brought about sensitivity and even animosity against the Hadhrami identity in both the North and the South of Yemen. This resulted in an inclination to control and humiliate this Hadhrami identity by both the past and the present regimes. This has clearly seen in the behaviour of the people from the Yemeni State who and have settled in Hadhramaut.

For a long time, Hadhramis had lived a stable life, which created in them discipline and obedience to the state and law. The Hadhrami community, therefore, could not adapt to the situation of confusion and where laws are ineffective and failed to protect them. This situation of confusion which is normal in North Yemeni tradition, was brought to Hadhramaut by the Northerners who controlled the State in Hadhramaut.. The newcomers, therefore, took power of the local authority, the army and the police and that made them unjustly control the key issues in the governorate such as job opportunities and local resources. In effect, they have used all the resources to make profit for the leaders of these bodies in the north at the expense of the people and the environment in Hadhramaut.

With respect to security, Hadhramaut has never been a military threat to anyone. The persons in charge of security and military forces in Hadhramaut, therefore, played unprofessional roles by contributing to increasing the financial earnings of various political, military and tribal leaders and sharing the profit with them.

In spite the feeling of insecurity, the Hadhrami community failed to form their own defensive organisations to counter the failure of the regime in providing the necessary security precautions to protect the citizens and institutions. This made Hadhramaut a haven for both armed and radical elements.

Hadhramaut has, therefore, encountered two dilemmas : firstly, a rise in poverty and lack of development due to the resources being controlled by northern tribal armed forces. Secondly, a decline in the civil personality of the Hadhramis which made radicalism an increasingly attractive choice to the youth.

Consequently, the tribal armed forces’ behaviour and practice of exploiting Hadhramaut resources for themselves and over which they constantly fight each other, has led both the Hadhramis as well as the central state- the south or the unified Yemen- to prolonged the state of instability. This has created in Hadhrami society a situation which encourages the rise of radical movements attracting the Hadhrami youth.

The idea of the Research Centre

The basic idea for establishing this centre is to have an academic institution to study all important aspects of Hadhramaut and its Society so that Hadhramis are provided with detailed knowledge on different aspects of their society, knowledge which will consequently encourage them to assist their homeland and improve their social welfare. This is intended also to help decision makers locally (private or government), regionally and internationally to place the Hadhrami culture in its appropriate position by exposing the peaceful and positive cultural qualities of Hadhramis. This is hoped also to strengthen ties with the Hadhrami societies in the diaspora towards serving their ancestral homeland. The centre will specifically endeavour to work in three directions : training, research and community services.

Training : The centre will offer postgraduate programs for the degrees of High Diploma, Masters and PhD in various fields that relate to Hadhramaut the Yemen and the Hadhrami Diaspora.

Research : The centre will set up research projects about Hadhramaut and the Diaspora focusing primarily on society, economics, politics, history and anthropology.

Community Service : The centre will undertake two major tasks : the first is to establish an incubator for social initiatives so as to encourage establishing effective civil society organisations particularly in human rights and environmental issues. This will allow further participation of the civil community in various matters relating to Hadhramaut.

The second task is to support tertiary vocational institutions in Hadhramaut.

Establishing the centre :

A steering committee has been formed to establish the centre. Its members are :-

- Professor Abdalla Bujra Al Nahdi (Lamu, Kenya) - Professor Leif Manger (University of Bergen, Norway) - Dr. Saddiq Maknoon (Al Ahgaaf University, Fuwah, Mukalla) - Mr. Muhammad Bin -Dohry (London, UK)

The Steering Committee’s responsibilities :

1. Ensuring the establishment of the Centre. 2. Forming of a Board of Trustees. 3. Looking for sources for funding the Center. 4. Preparing the bases of the Programmes in the three main areas : training, research and community service. 5. Creating the necessary contacts with organisations that will assist in establishing the centre.

Organisation :

The centre is an academic research institution which is hosted by Al-Ahgaff University in Mukalla. It will be financially and administratively independent and will be managed by a Board of Trustees and an Administrative Executive Committee.

Finances : The Steering Committee will work towards raising necessary financial funds for the centre from Hadhramis in the diaspora, foreign donors, and international organisations.

Operational start up : The project initially requires the following : - Offices with appropriate facilities. - Administration staff - Library - Instructors - Operational costs for the start up.

Provision of operational costs :

1. Al Ahgaaf University will contribute appropriate temporary offices within the University’s headquarters in Mukalla (equipped with the necessary furniture and stationery) and one administrator, for a period of one or two years. 2. Instructors and Researchers : The principal requirement is suggested to be as follows : - Full time Academic Dean to be head of the centre - Heads of departments (part time) - Research Supervisors (part time) - Instructors(paid hourly) - Full time visiting professors for one semester or one academic year 3. The Library will be the backbone of the centre and will require manuscripts, publications, journals etc. which need to be purchased, subscribed or borrowed from other universities, libraries or other institutions.


Nouvelle publication : PARIS ORIENTAL... par Yasrine MOUAATARIF, édition PARIGRAMME (Paris/est/à/nous). Sortie de presse : 27 avril 2013 111 pages, très nombreuses rublriques, adresses, compte-rendus, etc... passionnant ! à découvrir, absolument ! prix : 6 euros. Article sur ce site : à suivre bientôt.


LEILA INGRAMS disparait à 75 ans

Nous venons d’apprendre la disparition à l’âge de 75 ans de Madame Leila Ingrams, fille du célèbre Wiliam Harold Ingram, gouverneur britanique et de Doreen Ingrams.
 
Cette nouvelle de sa perte, immense pour la communauté scientifique et amis du monde arabe et de la corne africaine, nous est communiquée par Sultana Al Quaiti, membre fondatrice, comme elle de l’association bienfaitrice internationale FRIENDS OF HADHRAMAUT (basée à Londres voir le site : www.hadhramaut.co.uk ). Dans l’attente d’un dossier concernant Leila Ingrams, auteur notamment de plusieurs ouvrages liés au Yémen, Oman et l’Ethiopie, nous salutations et condoléances vont à sa famille, proches et amis. Nous nous réjouissions tant de nos retrouvailles à Londres les 15 et 16 mai 2015. JMB ANNONCE OFFICIELLE : INGRAMS : Leila, traveller, writer, researcher, on March 22nd peacefully at Pilgrims Hospice, Ashford, aged 74 years. All enquiries to TW Fuggle & Son F.D. Tel : (01580) 763340 / (...)

CHARLIE : Juifs, musulmans, antillais, métros tous unis

Ce dimanche 11 janvier à 10 h du matin, après une forte pluie rafraîchissante ! Nous furent 2, 3 et 3 000... à l’invitation du Maire, Jacques Bangou, l’association des journalistes de Point-à-Pitre et divers associations. Court discours, et marche silencieuse, lourde, solennelle dans les rues : NOU SÉ CHARLIE... passant par la Place de la Victoire. Au retour à la Place des Martyrs (Mairie) quelques belles paroles furent dites, dont une ancienne employée de Charlie qui y a travaillé durant 17 ans. Un très fort moment de solidarité exceptionnelle avec les Victimes, leurs familles, leurs amis, LA LIBERTE de Parole de d’écrire, de dessiner avec la France et le Monde Entier. voici qq photos. jmb
 

MARATHON DE DOUZ ! au nom de la bosse !!!

COMMUNIQUE DE BOSSES : Le Marathon de Dromadaires de Douz 2013, c’est parti ! Marathon International de dromadaires : Douz ( Tunisie), Vendredi 27 Décembre 2013. Dans le cadre du Festival du Sahara de Douz : 26- 29 Déc 2013 Tous en selle pour le 13ème Marathon International de Douz, épreuve de 42kms de steppes et de dunes, réunissant une horde de participants Maghrébins et quelques Français. Départ à 12h devant la tribune de H’niche !!! Durée de la course : entre 2h30 et 5h selon le chameau et le jockey ! Camélomanes cherche des médias pour couvrir l’événement . Prise en charge possible du transport aérien, terrestre et hébergement Nous contacter au plus vite : 06 03 50 12 35, françoisbrey@hotmail.com Le Marathon de Dromadaires est organisé par la ville de DOUZ et le comité du Festival. Il a (...)

Nom d’une bosse ! le 21 mai sur France 2

Mardi 21 mai 2013 au soir, sur France 2, à 20h40, je vous invite à vous caler devant votre lucarne pour faire un joli voyage en Afrique et partout ailleurs dans le monde où des hommes et femmes développent des relations exceptionnelles avec des animaux... J’ai eu la chance de participer à cette aventure, et une fois n’est pas coutume, je fais notre pub ! Les pouvoirs extraordinaires du corps humain, 2ème édition, une émission présentée par Adriana Karambeu et Michel Cymès... et croyez-moi, Michel ne risque pas de perdre sa légendaire place au zapping de Canal ! F.B.
 
Objet : Une minute de chameaux sur France 2 et d’autres bêêêtes Mardi 21 Mai à 20h45 ! ca ne se rate pas ! À : Une minute de chameaux sur France 2et d’autres bêêêtes Mardi 21 Mai à 20h45 ! ca ne se rate pas ! Y’a pas que les chameaux dans la vie, y’a aussi les lions, les hommes, mais y’a aussi les chameaux, nom d’une bosse ! Une minute d’images de chameaux ! ca ne se rate pas même une minute, de Laurence et François en Ethiopie et Arabie Saoudite éparpillées dans l’émission "Les pouvoirs extraordinaires du corps humain" Je passe la parole à Valérie Seynaeve, chargée des lions dans l’émission puis à Régis Belleville « grand saharien qui sait sécher sans son cheich et sans son chameau ! » (répéter 50 fois ) (Régis Belleville est un aventurier qui arpente le désert pendant des mois, par 50°C. Ses seuls compagnons (...)

C’était EDENIA 2013 à ISTOM : à bientôt 2014

EDENIA 2013 à CERGY ! pour venir, découvrir, revenir et acheter, toucher (pas trop...) discuter, assister à des conférences, voir des expositions, etc... parcourir les très nombreuses salles et espaces dédiés aux Plantes, simples, originales, extraordinaires (mais aussi des insectes, quelques reptiles, ...) les samedi et dimanche 30 et 31 mars (attention + 1 heure le dimanche)... à CERGY... Avec toujours une ambiance formidable ! repas sur place... et parking...

toutes autres infos sur : http://edenia

Voir en ligne : http://edeniaexpo.wordpress.com/edenia-2013/


 
Programme des conférences : EDENIA 13 conférences EDENIA 2013 : Le salon des plantes exotiques de l’Ouest parisien Pour la 16ème édition du salon EDENIA, l’association EDEN vous propose de nombreuses conférences sur différents thèmes concernant les plantes et leur environnement. Riches d’images, de projections et d’animations, elles sont accessibles à tous et vous emmèneront pour un voyage autour de la planète à la découverte des merveilles du monde végétal. Les plantes interdites La planète est parsemée de plantes pour le moins intrigantes, effrayantes et à l’origine de nombreuses polémiques, de la badiane au buddleja, en passant par les OGM. Cette conférence vous instruira sur des questions concernant la santé publique, l’écologie, la concurrence commerciale, aussi bien que l’éthique. (...)

François Brey et ses dromadaires...

François Brey est animateur de Camélomanes, une association qui se passionne depuis 1987 pour le dromadaire et le chameau et qui participe activement à la revalorisation de ces animaux indispensables à la vie des peuples du désert à travers les médias et l’événementiel. Ce matin, François Brey nous parle de l’événement que son association organise le 12/12/12 à Douz dans le désert tunisien.

Nous recevons régulièrement des informations que voici ci-dessous ! bienvenue.... gruehhhhhh meruhhhhhhh


 
message des CAM2LOMANES FOUS du désert et de la Nature (et ils ont bien raison ! car cela occulte, pour un temps, les zizanies - graves - des humanoïdes) ! 2 janvier 2013 : Echo De La Bosse2013 ! tél : 01 53 26 71 34, 06 03 50 12 35, Le 12ème Marathon de Dromadaires de Douz a vu le retour des chameliers Algériens de Ouargla sur le devant de la scène et sur les deux premières marches du podium ! Bravo au Festival de Douz d’avoir mené à bien cette douzième édition riche en convivialité chamelière et d’avoir surmonté les difficultés liées aux barrières douanières et organisationnelles ! Par Gilles Seban et Habib Abdellatif Marathon 2012 : Palmarès (voir sur leur site) Rétro-Ciné-Bosse ! autour de Charles de Foucault par Pascal Fellous Salut François, Je viens de retrouver une photo de mon oncle (...)

Concert et article : Eglises Apostoliques Route de la Soie

ARTICLE POUR CONCERT INTERECCLESIAL D’EEChO 21 JANVIER 2012 Pour tout contact : Isabelle de Raynal, Responsable interecclésiale d’EEChO : 01 42 94 98 69. Article communiqué ce 7 janvier 2012 : Comme l’avaient annoncé les prophètes, à la suite de la promesse de Dieu à Adam, Christ est ressuscité le 14 nisan de l’an 30.Personne n’en a été témoin. En revanche Christ ressuscité s’est montré physiquement tout d’abord à sa mère très certainement puis à Marie-Madeleine et à Pierre et à d’autres femmes puis aux 12 puis aux 500 et à de nombreux autres disciples femmes et hommes jusqu’à son Ascension. .Depuis il se laisse toucher à travers nos trois nourritures de chrétiens, la prière, la Parole, l’Eucharistie et les autres sacrements. L’annonce de cet évènement d’un Dieu venu naître, vivre, grandir, mourir, (...)

HELP : sauvons les Léopards d’Arabie... Soutenez cette action

Chère Amie, cher Ami : il faut absolument voir et faire circuler ce message et ce site (en anglais certes, mais facile à comprendre !)... Message d’URGENCE communiqué par David Stanton, à Sanaa et Amman.

http://www.kickstarter.com/projects...


 
ABOUT THIS PROJECT :avec film et commentaires (5 mns) : http://www.kickstarter.com/projects... The Arabian leopard (Panthera pardus nimr), the second most highly endangered large cat on Earth, is up to 30 times rarer than the Bengal tiger. There are probably fewer than 100 wild Arabian leopards left in widely scattered populations in Oman and Yemen and, ’Unless drastic action is taken across their range, I’m afraid that the Arabian leopard is not going to make it.’* These beautiful cats are also the smallest and most genetically distinct of all leopard subspecies. Adult females can weigh less than 20 kg and even a "big" male is smaller than the average German shepherd. Until January 11, 2011 when we proved the existence of a leopard population in eastern Yemen with our trail cameras, (...)

L’Ethiopie dupé par des profiteurs !

Nous ne pouvons que nous insurger ! Comme nous l’avons constaté sur place dans les régions sud du pays, à commencer par le Lac Ziway qui se réduit comme la mer d’Arral... pompé par des sociétés étrangères (dont indienne et chinoise) pour faire des roses qui enchantent nos fêtes (et bientôt les fêtes des mères, pères, etc...) en payant quelques paysans un salaire de misère. D"’ailleurs une célèbre société française y exploite quelques 60 hectares (très peu dit-elle). Oui, l’Afrique appartient de moins en moins aux Africains, puisque les dirigeants eux-mêmes vendent des immenses territoires pour 100 ans (au moins) d’exploitation à la Chine, le Qatar, la Lybie (...), l’Inde, etc... Alors, nous disons "bravo" à Alexis Marant pour son remarquable film "Planête à vendre" (documentaire de 90 mn), inédit, qui a été diffusé le mardi 19 avril à 20h40 sur Arte ; film, sujet, commentaires et images qui réveillent un peu les consciences... ps : Et nous le fécilitons pas ce français vendeur d’âme qui spolie les terres d’Argentine et d’Uruguay ! quelle honte !
 
LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES. 18 AVRIL 2011 AGRICULTURE. QUAND L’ETHIOPIE NE TOUCHE PLUS TERRE... (ARTICLE REVUE DE PRESSE : COURRIER INTERNATIONAL, THE GUARDIAN, SUR LE FEU, L’EXPANSION) Pour bon nombre d’observateurs, il s’agit d’une conséquence des récentes crises financière et alimentaire. Dès 2008, tout particulièrement en Afrique, les gouvernements des pays en voie de développement ont cédé des surfaces grandissantes de terres arables aux firmes étrangères des pays riches. Dans un contexte d’incertitude des marchés internationaux, l’acquisition de ces terres encore non cultivées était censée permettre de cultiver ailleurs ce que l’on ne pouvait produire chez soi et, ce faisant, de sécuriser ses approvisionnements. Qualifié par les uns « d’accaparement des terres », au pire de « (...)

l’Ethiopie à travers Denis Khalifa

ABYSSINIA... ETHIOPIE... Terre des Faces Brûlées
 
Nous sommes en contact avec Denis Khalifa qui vient de réaliser le très beau film ABYSSINIA ETHIOPIA, Terre des faces brûlées (52 mns) qu’il présente en séance spéciale à Paris le jeudi 17 mars à Paris. Magnifique film qui relate 3 histoires croisées. Pour en savoir plus : consultez le dossier illustré ci-joint (coordonées jointes). Nous lui souhaitons un très beau succès. film Abyssinia Faces brûlées

PONCET : la vraie histoire de l’Abyssin !

2014 : Ouvrage (et dédicace) et journaux disponibles sur place à l’Espace Reine de Saba.

Qu’il sera difficile de faire admettre que l’ABYSSIN, remarquable ouvrage écrit par Jean-Christophe Rufin, s’appelle bien Jacques-Charles PONCET (et non Jean-Baptiste Poncet), alors cet ouvrage très original a été découvert dès décembre 2010 jours : Publié par les Editions La Lanterne Magique, en collaboration avec Eric Poix et José-Marie Bel, presque 3 années de travail pour rétablir la vérité : la vraie histoire de ce médecin français parti du Caire pour Gondar en 1698. Passionnante aventure très illustrée...

Exposition exceptionnelle et totalement inédite à partir de la mi-décembre 2011 à Paris...

et la couverture de l’ouvrage à découvrir dans ce site !


 
Poncet Jacques-Charles Couverture du livre publié par La Lanterne Magique VOICI la Préface de cet ouvrage par josé-Marie Bel. Préface Visitez l’Espace Reine de Saba : exposition de l’aventure de Poncet du 14 décembre 2011 au 20 février 2012. - Exposition prolongée jusqu’au 1er avril 2012- Charles-Jacques PONCET, la véritable histoire. Quand Éric Poix, l’éditeur de La Lanterne Magique, m’a proposé de collaborer à sa collection des "Grands Voyageurs d’antan", je lui ai proposé de relater le voyage du médecin Charles-Jacques Poncet en Abyssinie sous le règne de Louis XIV : une aventure épique qui débute dans les rues du Caire jusqu’aux hauts plateaux abyssins connue que de quelques historiens. Franc-comtois comme Poncet, Eric Poix s’est aussitôt passionné pour cet homme au destin particulier et (...)

Théodore MONOD : France Inter la tête au carré

En attendant la sortie du livre - catalogue "Théodore MONOD, La quête des encensiers du Yémen"
 
Théodore MONOD Entretiens avec… José-Marie BEL … carnet d’aventures La quête des encensiers du Yémen La curiosité est la clé de mon existence et de mon activité. Je suis sans défense contre la curiosité. Moi, je peux résister à tout, sauf aux appels de la curiosité. Théodore Monod Hommage à Théodore Monod sur France-Inter éla tête au carré, le mercredi 10 novembre 2010 de 14h10 à 15 h. Dans ce club des Têtes au carré du mercredi, Ambroise Monod et Philippe Taquet, paléontologue au MNHN viennent nous parler de Théodore Monod, savant, botaniste, géologue, archéologue, spécialiste des poissons et des crustacés... Naturaliste de génie ! avec comme invité : Ambroise Monod, fils de Théodore Monod Plus jeune fils de Théodore Monod. Fondateur de Recup’art. Il vient pour parler de l’ouvrage "Théodore Monod. (...)

Théodore MONOD : 2000 - 2010 : dix ans déjà

Le 22 novembre 2000 Théodore Monod, savant bien connu et ami de nombreux (ses) d’entre nous, est "passé sur l’autre rive"... en fin 2010, plusieurs événements rappelerons son souvenir, son oeuvre, ses actions. Duex expositions auront lieu à Paris ; nous espérons que seront programmés sur les bonnes chaînes tv et pas trop tard, les trois films documentaires (le premier de Karel Procop ; celui de Raynal Pellicer et de Thierry Goron : "le Vieil Homme et la fleur", et celui de Maximilien Dauber, diffusé l’an passé sur les ondes tv ; ainsi que les émissions de radio (dont "le bon plaisir" (FC : divin) Plusieurs ouvrages sortirons de presse, aux éditions du Chêne notamment, et un livre "hommage" sera publié à l’occasion de l’exposition qui sera présentée à l’Espace Reine de Saba, à partir du 28 octobre 2010.
 
En attendant cette exposition execpteionnelle à l’Espace Reine de Saba "Théodore Monod, la quête des encensiers du Yémen", et la sortie d’ouvrage catalogue associé : THEATRE EN BRETAGNE : THEODORE MONOD à l’honneur... Ouest-France / Pays de la Loire / Challans / L’Épine / Archives du mardi 19-10-2010 Théodore, une adaptation des carnets de T. Monod - Noirmoutier-en-l’Ile. Patrice Goudin, comédien, a réuni des textes extraits des carnets de Théodore Monod et Pascal Arbeille les a mis en scène. Ce travail a été possible grâce à la municipalité qui a reçu les deux comédiens en résidence aux Salorges pendant 15 jours. Le spectacle laisse entendre et fait vivre Théodore Monod le chercheur, l’amoureux du désert, le poète, l’amoureux, le père de famille, toutes les facettes de ce grand homme qui n’oublie jamais (...)

BREST 2012 ... ça se prépare... 20 ans déjà ! l

Encore quelques semaines de patience ! et TOUT Brest, et les équipes du monde entier, tout comme nous autres "Ethiopisants" et responsables de l’Equipe ETHIOPIE se préparent activement ! Quelques nouvelles :
- Le Village des 20 ans se situe à : Quai Malbert (Port de Commerce) et non à la Penfeld : en PLEIN COEUR des Festivités !
- Nous aurons nos 7 pirogues, et équipage prêts tous les jours à affronter l’eau salée, et à éblouir nos stands...
- il y aura l’excellent groupe Badum’s Band qui sera programmé Grande Scène + Scène des 20 ans quai Malbert.
- un des Rendez-vous incontournables : le vendredi 13 JUILLET à 18 h : avec tous les équipages et responsables des pays invités ! PRÉPAREZ VOUS ! l’ETHIOPIE va vous chauffer par ses couleurs, son café, son berbéré, son équipe dynamique, ses tankwas et sa musique !

 
Voici une bien longue et fantastique histoire : BREST et le plus grand rassemblement des voiliers et vieux gréements du monde... en 2012 : Cette ville et ses organisateurs et amis (es) célébreront les 20 ans. En 2012 : cibq grands pays seront invités : l’Indonésie, le Mexique, la Norvège, le Maroc et la Russie, et il y aura bien des surprises également... Durant 3 des 5 derniers épisodes (2004, 2000, 1996) nous avons eu l’occasion de participer à ces rencontres juilletistes de très grande qualité, avec la présence de la ville de Saint-Malo, mettant en valeur les patrimoines du Yémen, de la mer Rouge et de l’Ethiopie. Pour mémoire : Brest 2012 : lancement à Paris : Le célèbre Salon Nautique de Paris à la porte de Versailles a vécu le mardi 6 décembre 2011 à partir de 11 h un événement majeur : (...)

ADEN, RIMBAUD et les autres personnages : révélations !

Des révélations sur la photo de Rimbaud à Aden, dans un article que publie aujourd’hui Jean-Jacques Lefrère.

Nous sommes désormais en mesure de la dater à 15 jours près, de donner le nom du photographe qui l’a prise, le matériel qu’il a utilisé, ainsi que l’identité probable des 7 personnes qui y figurent.


 
Du nouveau à la date du 24/11/10 sur : http://chezleslibrairesassocies-rim... avec de nouveaux personnages, et des dossiers passionnants ! http://bibliobs.nouvelobs.com/20100... http://www.lexpress.fr/culture/livr... Nota : nous ne sommes pas sûr de toutes ces informations, les enquêtes se poursuivent aussi de notre côté... A la date du 15 septembre, nous signalons le blog de Loic Bodin qui fait un compte rendu intéressant sur Rimbaud, sa vie son oeuvre.... voici quelques détails, qu’il faut poursuivre sur son blog http://loicbodin.wordpress.com/2010... ... "Samedi 26 juin 2010, les Amis de Rimbaud recevaient Alain Borer pour une conférence intitulée « Rimbaud, l’heure de la fuite ». Affluence record dans un des salons du Procope, où, nous apprend Borer au début de son intervention, il (...)

RIMBAUD à Aden : photo retrouvée... Salon du livre ancien à Paris

Voici sans doute... un des événements médiatiques les plus importants de ces 100 dernières années lié à Arthur Rimbaud... une photographie où il se trouve en bonne compagnie à Aden, sur le perron de l’Hôtel de l’Univers. Un scoop !
 
> Un dossier complémentaire sera présenté prochainement dans ce site, avec entretien, documents etc... liés à Aden, Rimbaud. > Suite à plusieurs expositions présentées en France et à l’Etranger depuis 1995, sur Rimbaud, Aden, Harar,... Nous préparons de longue date (17 ans) une exposition sur ce thème avec de nombreux documents inédits. A la date du 8 mai 2010, nous recommadons aux avertis de suivre des débats sur : http://www.larevuedesressources.org... A suivre... Dans ce dossier : Photographie 1 : Photo 1 : Ce mercredi 5 mai 2010, après un secret tenu pendant presque 2 ans (juillet 08) nous dévoilons donc cette photo (non retouchée) apartenant à l’époque à Jacques DESSE (les Libraires Associés). Expertisée pour la première fois le 10 juillet 2008 par José-Marie BEL, qui certifie reconnaître (...)

Album photo et Livre d’or

Depuis plus de 10 ans, nous accueillons des visiteurs, amis (es), chercheurs, étudiants, voyageurs, etc... voici quelques traces de certains passages, et des courriers d’amities... à suivre, tous les jours...
 
visite d’une famille franco-éthiopienne Claude et Jidda Vilain Parmi les plus grands spécialistes de l’Ethiopie, résidents à Addis Abeba. Sonia et

GRECS et ETHIOPIENS, une relation de plus de 3000 ans

Relations entre Grecs et Ethiopiens Conférence à l’Université de Genève le 19 mars 2003 sur invitation de deux organisations : Les Amitiés Helléno-Genevoises I Philia et l’Association des Ethiopiens en Suisse, ainsi que de la paroisse éthiopienne orthodoxe de Genève par Christine Chaillot, fondatrice et secrétaire. Par ailleurs, elle est l’auteur d’un ouvrage sur l’orthodoxie éthiopienne publié en anglais.
 
Article de Christine CHAILLOT Il est bien connu que les Grecs ont beaucoup voyagé depuis les temps reculés de l’Antiquité, en particulier pour des motifs politiques et économiques : l’un des plus célèbres est bien sûr Alexandre le Grand qui voyagea jusqu’en Perse. Ce soir, j’essaierai de vous donner un bref aperçu des relations historiques, culturelles, commerciales et autres qui ont existé, avec cordialité, entre les Grecs et les Ethiopiens. Déjà avant le début du Christianisme on sait que des marchands grecs voyageaient en Mer Rouge et avaient des contacts avec les Ethiopiens du royaume d’Axoum, ville située aujourd’hui au nord de l’Ethiopie. Dans les textes, les Ethiopiens et l’Ethiopie sont mentionnés par des auteurs grecs comme Homère et Hérodote. On trouve à Axoum et ailleurs dans le premier (...)

ASMARA, la cité magnifique

Nous avons aimé cet article sur Asmara, présenté lors d’une de nos expositions... Il traduit très bien l’atmosphère de cette cité récente, et moderne, italienne, au charme exclusif. Beauté, douceur, architectures des années 1890-1900, 1930 et même un peu plus... un véritable trésor avec un peuple attachant.
 
Bienvenue à Asmara en Erythrée ASMARA VU PAR "LE MONDE" Asmara a le charme d’une ville de province italienne. L’atmosphère y est douce et les températures sont agréables, qui pour un peu inciteraient au farniente. La ville, située à 2 400 mètres d’altitude, semble bien loin des fournaises des basses-terres littorales. Tout est calme, propre et ordonné. L’éclairage public fonctionne du crépuscule à l’aube. Il ne manque pas une ampoule aux lampadaires. Et la capitale de l’Erythrée - un pays africain de 3,5 millions d’habitants, parmi les plus pauvres de la planète - peut s’enorgueillir de compter deux pharmacies qui restent ouvertes vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Des petits groupes d’enfants désoeuvrés traînent devant la cathédrale d’Asmara, un bâtiment lourd, de style lombard, en brique sombre, dont (...)

calendrier des Fêtes Orthodoxes en Ethiopie et en Erythrée

Calendriers et dates des fêtes religieuses orthodoxes en Ethiopie et en Erythrée : Noël, Epiphanie (Timkat), Pâques, Fête de la Croix (Maskal),... Pâques catholiques, protestantes, et pâques juives (Pessah) :
 
- NOEL : toujours le 7 janvier de chaque année (messe, chants, danses, selon les églises et les lieux). Messe dans la nuit du 6 au 7 janvier. - EPIPHANIE : Chaque année, 19 janvier, les chrétiens d’Éthiopie célèbrent le baptême du Christ à l’occasion de TIMKAT. Durant cette fête qui se déroule sur trois jours, les prêtres sortent de toutes les églises les "tabots", les Tables de la Loi ou autels de bois (répliques qui ne sont jamais montrées) à l’image de l’Arche d’alliance (anciennement un coffre ouvragé avec sculptures de chérubins), et les portent cérémonieusement jusqu’à un lieu défini, où il doit y avoir un bassin (Axum, Gondar, Lalibela sont les endroits les plus réputés), dont l’eau sera bénie par le clergé local, qui sera sacrée. Le dernier jour, la foule sera bénie pour le "pope" local. De grandes (...)

Echo de la Bosse ! soyez Camelomanes

A peine revenus de vacances, et déjà l’appel du désert résonne en nous comme le sifflement du vent dans les bosses des chameaux ! Embarquez avec nous pour une nouvelle année de Camélomanie aigüe avec l’Echo de la Bosse de Septembre et plein de liens attractifs dans la bosse ! Version texte ci-dessous, mais la version en pièce jointe comporte plein de belles images ! PAR PITIE, MERCI DE TOUJOURS REPONDRE SUR francoisbrey@hotmail.com , l’ADRESSE GMAIL EST RESERVEE A L’ENVOI DE l’ECHO DE LA BOSSE, MERCI DE VOTRE COMPREHENSION. L’Echo de la Bosse, Septembre 2009 vous communique : Tél : 01 53 26 71 34, 06 03 50 12 35, francoisbrey@hotmail.com Forum Méhariste de Saint Poncy : la presse en parle http://rhone-alpes-auvergne.france3... L’Album souvenir : http://picasaweb.google.fr/cameloma... (...)

Château d’Abbadia, d’Antoine d’Abbadie, explorateur en Ethiopie

Lundi 11 août 2009, nous avons rendu visite au château Abbadia, sur les crêtes hendayiennes, accueilli par la responsable des lieux, Madame Céline DAVADAN. Très prochainement nous publierons dans ces colonnes un article sur cette visite et les projets de manifestations qui auront lieu l’an prochain à l’occasion du bicentenaire de la naissance du maître des lieux, Antoine d’Abbadie. En attendant, voci ci-dessous, bien d’autres nouvelles qui peuvent vous donner envie de découvrir ce lieu surprenant, passionnant et magnifique.
 
Bienvenue au Château-observatoire d’Abbadia, fondation de l’Académie des sciences. Vous allez découvrir la demeure d’un personnage exceptionnel : Antoine d’Abbadie (1810 Dublin-1897 Paris). Grand voyageur, il réalisa la première cartographie de l’Ethiopie après un séjour de onze ans dans ce pays ; géodésien et astronome, il s’est intéressé par exemple aux problèmes de la variation de la verticale, de la micro-sismicité, des sources du Nil ou de la cartographie céleste. Elu membre de l’Académie des sciences en 1867, il en fut le président en 1892. Ardent promoteur de la langue basque, il fut l’initiateur des premiers jeux floraux basques. Le château inspiré des modèles médiévaux, fut bâti entre 1864 et 1879 sur des plans d’Eugène Viollet-le-Duc (1814-1879) avec l’aide de son élève et collaborateur Edmond (...)

Le miel du Yémen... le plus cher du monde

Le miel du Yémen : le plus rare & le plus cher du monde A voir les ruches, des sortes de fûts en terre cuite ficelées installées sur des supports sommaires et caillouteux, à voir une tente bricolée non loin de là et des bédouins calmes et silencieux, on est très loin d’imaginer que l’art de l’apiculture remonte ici à la nuit des temps, et que les détenteurs du savoir sont souvent sans besoin. Le assal dohâni, le miel du Wadi Dohân, situé en plein cœur de la large vallée du Wadi Hadramawt (entre les montagnes du Yémen et la région du Dofâr omanais) est effectivement très réputé car les abeilles, djabali, butinent ce qu’elles ont autour d’elles, à savoir des fleurs de plantes peu fréquentes, endémiques, exceptionnelles, uniques au monde. Pas des moindres. Dans la vallée verdoyante, elle butinent des acacias, (...)

Jean-Pierre BROWN et les Corsaires malouins

Les Corsaires Malouins à la recherche du café yéménite.
 
Saint-Malo : automne 1707… La guerre de succession d’Espagne fait rage…une idée des armateurs de la cité corsaire, idée fabuleuse, se concrétise peu à peu : ouvrir et même officialiser, une route du café, en ligne directe, via le cap de Bonne Espérance ! Route qui relierait le port de Saint-Malo aux rivages de l’Arabie Heureuse, autrement dit le Yémen et son port de Moka, sur la mer Rouge ! Jusqu’alors, pour la France, seuls les Marseillais s’approvisionnaient en café, venant le charger sur leurs navires, en Egypte, au port d’Alexandrie. Le Yémen était alors le seul pays au monde qui cultivait le café qu’on avait découvert en Ethiopie où il poussait à l’état naturel. La vogue du café, d’abord limité à l’Arabie puis à l’Egypte et aux pays du Levant, enfin à la Turquie, s’étend peu à peu à toute l’Europe dans (...)

Le Calendrier Romain des Origines à César

Cet article – inédit et passionnant - nous a été communiqué récemment par un de nos visiteurs que nous remercions.
 
Le calendrier romain était, à l’origine, lunaire : il comportait 10 mois de 29 ou 30 jours, et durait 295 jours. L’année commençait en Mars et s’achevait en Décembre, qui était bien le dixième mois à l’origine. Numa Pompilius va apporter (vers 700 avant J.-C.) une première correction en ajoutant 2 mois, Janvier et Février, l’année commençant toujours au 1er Mars. Lorsque César arrive au pouvoir, le calendrier romain comporte 355 jours. Notons au passage que le calendrier musulman, qui est lunaire, et dont les règles sont fixées dans le Coran, a dû subir des évolutions du même ordre, puisque deux mois (Rabi et Djoumada), existent en double ; les règles compliquées de ce calendrier ne comportent pas de correction solaire, et du fait de sa durée moyenne de 354 jours, les fêtes (et en particulier le mois de (...)

Mots d’humeur... maux d’humour...

OBAMA : président des USA et sauveur du monde... Entendu le 19/01 au soir : un pasteur noir aux usa " Un noir vient d’être élu pour le pire boulot aux usa"... A rire et à méditer. PALESTINE ISRAEL et la trêve va venir .... des nouvelles oui, bien sûr ! il faut massacrer encore un peu plus, un peu plus vite... avant la trêve..., l’arrivée d’OBAMA... au bas mot... et les élections en I. Ensuite, chacun se posera à table, ou au sol... pour discuter... On se moque du monde ! quel monde... 16/01/09 Des nouvelles de GAZA : du FRONT gazé... Voilà... ce jour le 14 janvier 2009, hélas, ils en sont à 1000 morts ! (contre 13 sur l’autre camp). Combien encore ? et combien de milliers de blessés, de personnes meurtries, de maisons détruites, de drames et de plaies réouvertes, nouvelles, et combien de temps (...)

Piratage Golfe d’Aden

Hélas, le piratage est toujours d’actualité en cette fin d’année 2008, avec plusieurs navires séquestrés sur les rivages du Puntland et en Somalie...
 
Récemment, le PONANT repassant dans ces eaux "troublées", en route pour Oman (Mascate, arrivée prévu le 11 décembre) a été retardé en raison des craintes d’une nouvelle attaque revanche de l’aventure d’avril 2008. Comme d’autres navires, il a été retardé et escorté (avec à bord 11 membres commandos GIGN) afin d’être protégé, et qu’il puisse - sans encombre - effectuer ses croisières dans le Golfe d’Oman et dans les Emirats. Actuellement, le 22 décembre, le Ponant arrive en Inde, faisant une escale à BOMBAY, et poursuivant ses croisières vers les Maldives puis les Seychelles. Bon vent au PONANT, à son sympathique Commandant Patrick MARCHESSEAU et à son équipage. >> à lire l’ouvrage "Prise d’otages sur le Ponant", le récit du capitaine, de Patrick Marchesseau. Collection Document aux éditions Michel Lafon. (...)

ATD Quart-Monde et Solidarités

Colloque ce mardi 21 octobre 2008 de 8h à 20 h, à la Cité des Sciences et de l’Industrie à Paris, 19e, en compagnie de nombreuses personnalités, dont notre ami, Jean-Christophe RUFIN (ambassadeur de France au Sénégal, depuis 1 an et demi, auteur de l’ABYSSIN et de ASMARA oo les CAUSES PERDUES). Entrée libre (dlldpd), sur réservation. "Sommes-nous prêts à affronter solidairement une pandémie si un virus d’origine animale venait àmuter ? Alors que dans les pays riches on ne meurt plus du paludisme, comment se fait-il que cette maladie fasse encore 2 millions de morts chaque année au Sud ? Que sont ces « maladies de civilisation » qui se répandent rapidement avec l’uniformisation des modes d’alimentation et des modes de vie ? Peut-on admettre que se mette en place un « marché des organes » à l’échelle (...)

INONDATIONS AU YEMEN (oct-nov 2008)

Voici ci-dessous, divers articles et informations concernant les inondations qui ont eu lieu le vendredi 24 octobre 2008 au Yémen. Nous avons lancé des actions de soutiens à ce pays. Contactez-nous.
 
SANAA (Reuters) - Le président Ali Abdoullah Saleh a annoncé à la presse que 41 personnes avaient trouvé la mort dans des inondations provoquées par des pluies torrentielles dans le sud-est du Yémen le Samedi 25 octobre 2008. Selon le chef de l’Etat, 31 personnes sont portées disparues et quelque 1.700 habitations ont été détruites. Auparavant, un bilan donné par les autorités régionales faisait état d’un demi-millier de maisons endommagées et de centaines de familles déplacées par les inondations dans les provinces de Mahra et de l’Hadramout (sud-est) après 30 heures de précipitations ininterrompues. Le gouvernement a déclaré les régions touchées en état de catastrophe naturelle. Article de : Mohammed Sudam, version française Henri-Pierre André et Jean-Loup Fievet. Autres articles : Au moins 41 personnes (...)

AXUM dans ses états... et Nelson aussi

Au nord de l’Ethiopie, à deux pas de l’Erythrée et trois du Soudan, l’ancienne capitale axoumite jadis florissante (sans doute entre le Ve s avant J.-C. et le VII e après J.-C.), petite ville endormie depuis fort longtemps (bien que réveillée par les Italiens dans les années 35/jusqu’en 42), s’est réveillée grâce au retour de la stèle qui lui avait été volé (n’ayant pas peur des mots...) par les troupes Mussoliniennes en 1936. Vengeance oblige d’Adwa !
 
On pourra lire ici divers dossiers et articles (et photographies très récentes). Cependant, un ami Anglais, ayant habité dans cette région, et nous ayant rendu visite en fin octobre 2008, nous a signalé un monument fort intéressant se situant tout à côté de chez lui, en Angleterre ; Il s’agit d’un moment à la gloire de NELSON, inspiré sans doute de l’expédition d’Henry SALT et de Georges VALENTIA. Voici son commentaire et les coordonnées : Cher Monsieur ... Following my visit to your exhibition a few days ago, when I mentioned the monument to Admiral Nelson near Portsmouth, I can do no better than refer you to the "Follies" website www.follytowers.com. If you click on to "Nelson Obelisk", you will find a description, with photos, of this monument. The "visitor" to which it refers, is me. I think (...)

MAREK HALTER a rencontré MAKEDA

Nous attendions avec impatience le nouvel ouvrage de Marek Halter, se penchant cette fois ci sur la fabuleuse histoire de la Reine de Saba, mythique certes, dont le royaume s’étendait de l’Arabie du Sud (capitale Maarib, mais incluant au moins 5 royaumes sudarabiques yéménites), au bord de la mer Rouge (Erythrée) jusqu’à Axum, la capitale Abyssine.
 
On est donc passionné par cette histoire, romancée à la Marek Halter, bien sûr (échanges de propos entre l’écrivain romancier "qui se permet de reécrire l’histoire" à sa manière, MH, et l’ethnologue-histoirien, JMB qui se rattache à la vérité, quand elle existe). > Un article conséquent est paru dans PARIS MATCH (du 16 au 22 octobre 2008). > Une lectrice nous a signalé dans cet ouvrage, instructif, certes, mais beaucoup trop romancé, avec des sortes d’allusion : Makéda et Bilkis sont mère et fille, alors que en l’état de nos connaissances, la Reine de Saba est nommée MAKEDA en Ethiopie, et BILKIS (ou BALKIS) au Yémen et en Arabie (et aussi dans le CORAN, sourate 28, "les Fourmis". A suivre donc... répondre et communiquer sur ce sujet dans notre "FORUM". Thème que nous alimenterons dans les jours à venir, (...)

Hommage à BERHANU ABEBE

MESSAGE REçU le 4 juillet à 19h HL Paris : "Monsieur, Suite à mon appel concernant le Grand Monsieur qu’est Berhanou Abebe, je vous serais extrêmement obligée de m’indiquer si cette triste nouvelle qui m’est parvenue d’Addis Abeba est exacte - Son décès aurait été annoncé à la télévision éthiopienne. En espérant que ce n’est qu’une fausse nouvelle, je vous prie de recevoir mes sincères salutations - O. V.". Nous nous informons et vous tenons informés. B Abebe est un des plus grands spécialistes éthiopiens, vivant en partie en France.

INFOS LNA en date du 04/07 : Nous avons appris le décès lundi 30 juin à Harare du Pr Berhanou Abebe, suite à un malaise cardiaque, alors qu’il participait à la mission de l’Union africaine chargée de l’observation du déroulement de l’élection présidentielle au Zimbabwe. Une messe a été dite en sa mémoire jeudi 3 juillet à la cathédrale d’Addis-Abeba. Le Pr Berhanou a été inhumé au cimetière catholique. Connu de tous les francophones, subtil francophone et francophile lui-même, le Pr Berhanou Abebe était une figure incontournable de la capitale éthiopienne. Sa connaissance de l’Éthiopie et des Éthiopiens en faisait un interlocuteur précieux pour qui voulait tenter de comprendre ce pays et sa longue histoire. Homme exceptionnel, le Professeur Berhanou fut le premier bachelier du lycée franco-éthiopien Guebre-Mariam et l’unique docteur d’État ès-Lettres éthiopien. Nous l’avions rencontré lors de la sortie de son livre Histoire de l’Éthiopie et il avait fort gentiment accepté de partager, avec humour parfois, avec clarté toujours et sans condescendance, sa passion de l’histoire de son pays. Stéphane Gompertz, ambassadeur de France en Éthiopie, lui avait remis le 16 mai 2006 les insignes de Chevalier de la Légion d’Honneur.

La rédaction des Nouvelles d’Addis adresse toutes ses condoléances à sa famille et à ses nombreux amis. – Source : Colette Delsol, LNA

L’équipe de l’Espace Reine de Saba a bien fréquenté cet aimable monsieur, tant à Brest 2004, qu’à Paris et à Lyon, l’an passé dans le cadre de la manifestation "Dialogue en Humanité" (avec l’association France-Ethiopie), en compagnie de Marek Alter, Catherine Dolto et des amis du pacifisme.


 

Voyage de l’Arabie Heureuse, Jean de la Roque

Texte de présentation du "Voyage de l’Arabie Heureuse". Les Corsaires de Saint-Malo sur la route du café. 1708-1710 et 1713. Editions La Lanterne Magique. Annoté par Eric Poix. 2008, préfacé par Jean-Pierre Brown. 19 cm x 12, 5 cm, 206 pages. Prix de vente : 17 euros. Notre impression : Excellente édition, inédite et très originale car très richement annotée, fort recommandée par nous même parce que l’ouvrage original est introuvable (très précieux) en ancien français.

Autre ouvrage chez le même éditeur que nous conseillons : Voyages aux Indes Orientales, par Johann Christian Hoffmann. Un jeune Allemand au service du VOC, Afrique du Sud, Maurice, Java (1671 – 1676). ELLM.


 
Le Voyage de l’Arabie Heureuse rencontra un vif succès lors de sa première édition en 1715. Il relate les deux premières expéditions organisées, au début du XVIIIe siècle, par les armateurs de Saint-Malo à destination du Yémen. Jusque-là, l’importation de café en France était entre les mains des Marseillais qui s’approvisionnaient à Alexandrie auprès d’intermédiaires musulmans. Les armateurs malouins imaginèrent alors de s’approvisionner, pour la première fois, directement au Yémen. Ils espéraient ainsi, en court-circuitant les intermédiaires traditionnels, réaliser de substantiels profits. Le Voyage de l’Arabie Heureuse présente la particularité d’avoir été rédigé par Jean de la Roque, orientaliste, écrivain et éditeur scientifique à partir des journaux tenus par les participants de l’expédition : journaux (...)

La Mer Rouge et son histoire

LA MER ROUGE DE L’ANTIQUITÉ AUX CROISADES Il faut remonter à la période égyptienne pré-dynastique, c’est à dire antérieure à 3500 ans avant J.-C., pour aborder les premières explorations maritimes de la mer Rouge, et encore les indices sont rares [1]. Les Crétois, de leur côté, avaient établi des relations maritimes avec l’Egypte dès le quatrième millénaire [2]. Il semble qu’ils aient navigué en mer Rouge, peut-être même jusqu’à Socotra et établi le Royaume minéen ; du nom de Minos, roi de Crête jusqu’aux frontières de l’Hadramawt et du Yémen [3]. Sont-ils ensuite revenus vers l’Égypte par la vallée du Nil pour fonder les dynasties égyptiennes ? Il est difficile de résoudre ces problèmes dans l’état des connaissances actuelles. Cependant, les fouilles de Sir Arthur Evans à Cnosse (ou Knossos) et celles d’autres (...)

Architecture yéménite

Une civilisation de plus de trois millénaires Au bord de la mer Rouge et de l’océan Indien, les peuples d’Arabie du sud bénéficient depuis plus de trois mille ans, d’une situation géographique exceptionnelle et d’un climat tropical assez tempéré. Cette région a été rendue fertile grâce aux pluies de mousson qui l’arrosent deux fois par an, et aussi grâce au travail de l’homme qui réalisa maintes retenues de terre et d’eau dans des régions parfois peu fertiles. Sédentarisés, les hommes ont développé et créée des "routes caravanières" intérieures qui traversaient le désert du rub’ al-Khâli sûres et rapides, avant que plus tard, ne soient découverts les courants et les vents marins de la mer Rouge qui allaient les détrôner au profit des routes maritimes. Des royaumes, garantissant le passage et des haltes nécessaires, (...)

Soutien au Yémen, Ethiopie, Erythrée & la région - Actions et liens

De nombreux moyens sont possibles et disponibles pour soutenir "intelligemment" cette région. Car les peuples, les habitants et la nature de ces pays méritent bien sûr tout l’intérêt, même si leurs dirigeants ne sont pas forcément "fréquentables". Nos points de vue sont d’agir par les moyens de la "culture", les échanges avec respect, et évidemment de ne point agir dans les lieux à risque ou pas fréquentable, ou que nous ne privilégions pas, hélas, comme la Somalie, ou le Soudan. Nous avons par contre des actions culturelles en Ethiopie et en Erythrée, aux peuples attachants, et espérons toujours, pour eux, l’ouverture des frontières le plus vite possible. Nos actions vont vers le rapprochement des peuples : les dons, les actions sur places, les voyages "solidaires" (que nous pratiquons d’ailleurs depuis si longtemps), les aides ponctuelles contribuent largement à ces échanges. Nous n’avons JAMAIS aucune action, ni interaction ni politique, ni religieuse, mais UNIQUEMENT d’ordre culturel et amical sans aucun préjugé.
 
Nos actions : Depuis 1990 (époque de la guerre du Golfe ( !...), nous récoltons des médicaments de premier usage ou de chirurgie, que nous acheminons spécialement et gratuitement dans les lieux et villages sur place. Nous récoltons aussi des livres (usagés, que vous le lisez plus) surtout en français, et que nous offrons de votre part, aux étudiants et étudiantes d’Aden et de Taïz (Yemen) et aussi à Dire Dawa et à Harar (Ethiopie). Nous récoltons aussi : des doudous et peluche (pour bébés et petits enfants (remise particulière à l’orphelinat d’Harar, des Frères Capucins, "pour ce qu’il reste de leur mission qui a commençée à exister du temps de Rimbaud avec le Père Thaurin). Nous récoltons aussi des cassettes vidéo VHS de films (fictions, documentaires, autres...) en français et "non violents" (sans faire (...)

La grande aventure du Café

Le café, originaire des hauts plateaux d’Abyssinie fut exploité pour la première fois en Arabie du sud. Mais c’est au XVII ème siècle sous l’empire turc-ottoman que le café se répandit en Égypte, en Turquie et dans la Méditerranée, avant de conquérir le monde par bien d’autres voies, celles d’Extrême-Orient et surtout des Antilles. “Le café est l’or de l’homme de la rue et, comme l’or, il apporte à tous un sentiment de luxe et de noblesse”. Abd al-Khader al-Gaziri. Une légende qui vient d’Abyssinie. L’origine du café fait l’objet de récits légendaires, anté-islamiques. Il y a quelque 1500 ans, Kaldi, jeune chevrier d’Abyssinie constatait que ses chèvres redoublaient d’activité lorsqu’elles mangeaient une sorte de baie sauvage, il apporta celle-ci au prieur du couvent voisin. Un ecclésiastique en fit une décoction (...)

Arthur Rimbaud : l’expo Aden, Rimbaud et ses amis en 2014...

Quelques notes sur Arthur Rimbaud et Isabelle Rimbaud. Une nouvelle exposition sur Arthur Rimbaud présentée à Paris encore en 2014 : "Aden, Rimbaud et ses amis"... prévue pour 2010, dont l’origine du travail de recherches remonte à ... 1993. Nous sommes très actifs à la vie et l’histoire d’Arthur Rimbaud (notre président était Président de l’association "les Amis de rimbaud", suivre toutes les références : Site : http://www.amisderimbaud.free.fr/
 
Notes biographiques Concernant Isabelle RIMBAUD Née le 1er juin 1860 à Charleville, cinquième et dernier enfant du couple Rimbaud-Cuif, deuxième sœur d’Arthur Rimbaud, après Vitalie (morte à 17 ans d’un cancer des os, même maladie que celle d’Arthur, le 18 décembre 1875), il semblerait que selon certains biographes, Isabelle ait peu marqué la vie d’Arthur. Rapide considération. Même si il parle peu de sa sœur, et qu’il écrivait fréquemment d’Aden et d’Harrar à sa mère et sœur sous la forme, étonnante et distante : “Chers Amis”, Isabelle admirait formidablement son frère, et devait le suivre par la pensée et l’a retrouvé avec sa mère à Londres. Après son retour d’Afrique, elle resta tout l’été proche de lui jusqu’à son dernier souffle le 10 novembre 1891 à Marseille. Arrivée à Charleville après l’amputation de (...)

Hommage à Théodore MONOD, notre ancien Président

"Je dis toujours le peu qu’on peut faire, il faut le faire, le peu, le très peu qu’on peut faire. Au jeûne de Taverny, chaque année, au mois d’août, nous sommes 15 ou 20 tout au plus. Nous appelons ça un "jeûne d’interpellation", car nous pensons que peut-être nous allons éveiller une conscience, une conscience sur 55 millions, ça serait déjà bien. Une conscience ou un esprit qui réfléchit et qui découvre qu’il faut changer d’attitude."
 
Programme complet, manifestations culturelles : Belleville de Bas en Haut, dont Hommage à Théodore Monod à l’Espace Reine de Saba, les 2, 3 et 4 octobre 2009. (film et conférence : réservation conseillée). partir d’octobre de l’an 2010, soit dix ans après sa disparition, plusieurs hommages culturels seront rendus à Théodore Monod, dont un remarquable ouvrage qui rassemblera la vie de cet homme, une exposition au Muséum National d’Histoire Naturelle à Paris, ainsi qu’à l’Espace Reine de Saba, une exposition inédite qui relatera le travail réalisé par Théodore Monod depuis 1977 au Yémen (premier herbier, en compagnie de Jacqueline Pirenne) ainsi que la relation et le travail établis avec José-Marie Bel depuis les années 1985 ayant mené à la création d’un deuxième herbier sudarabique en 1995 (et depuis : (...)

    ARCHIVES [(PEKIN, jeux olympiques, dimanche 24 août 2008 : Parmi nos amis de la Corne de l'Afrique... et de l'Arabie du Sud... seul l'ETHIOPIE s'est manifesté, avec bien entendu le KENYA (15ème, 14 médailles dont 5 en or), le Soudan (1 médaille d'argent), l'Egypte (1 médaille de bronze). Oui, encore une fois, nous retiendrons nos amis (es) éthiopiens... qui nous ont fait frémir, - mais certains comme Gebré Sélassié ont préféré "se retenir" par réserve ou crainte de ne pas être assez performant -raisons climatique et de "sur-pollution" invoqués... Il y a eu bien sûr le MARATHON (42,195 kms - jadis le Marathon était de 42 kms/de Marathon à Olympie; ce sont les "fameux Anglais" qui ont rajouté 0,195 km lors de leurs jeux de 1926, bref). Signalons alors pour cette épreuve "reine" (de Saba) : 1er (le kenien S. WANJIRU en 2h 6'32") le 3ème temps : de Tsyae KEBEDE (2h10), signalons aussi le 7è : ASFAW (Ethiopie, 2h10) et aussi deux ERYTHREENS : ASMEROM, 8ème 2h11) et KIFLE (36ème, 2h20). Nous retiendrons aussi de très grands Ethiopiens : KENENISA BEKELE, qui fit frémir le "Nid d'Oiseau" sur 5000 et 10 000 m, SHIHINE (2ème sur le 10 000 m), et pour les femmes : DIBABA (1ère au 10 000 m),... pour ne citer qu'eux. Autres nouvelles à suivre sur : LNA. lesnouvelles.org|propre|image_reduire{500,0}

    ]
  • Changement pour une bien meilleure année
  • PEKIN - BEIJING 2008 : résultats des courses...
  • Brest 04-08
  • Brest 2000
  • Lire en fête 2007 et 2008
  • EDENIA... Edenia 2010, 2009, 2008 et bien avant...
  • Architectures heureuses en Arabie Heureuse
  • Festival de Carnets Aventure & Voyage 2008
  • Photos

Espace BEL' de Saba - 30 rue Pradier - 75019 Paris - Tél / Fax : 01 43 57 93 92 - Contact